Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Fiches pratiques réglementation

Allergies : leur prise en charge par les complémentaires santé

Allergies : leur prise en charge par les complémentaires santé

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

A l’occasion de la 9e journée française de l’allergie organisée par l’association Asthme & Allergies, retour sur les principaux types d’allergies et leur prise en charge – différenciée – par les mutuelles, IP et assureurs.

C’est l’une des affections de santé les plus communes des Français : les allergies (appelées aussi hypersensibilités) toucheraient entre 20 et 25% de la population, qu’elles soient alimentaires, respiratoires ou cutanées.

 

Elles peuvent se manifester par un grand nombre de réactions, la plus connue étant le « rhume des foins ». Ces allergies résultent de la réaction « abusive » du système immunitaire par rapport à un ou plusieurs allergènes présents dans l’environnement.

 

>> A LIRE. La médecine douce, futur eldorado pour les complémentaires santé ?

 

Elles peuvent se traiter de deux manières : à base de traitements médicamenteux (antihistaminiques) ou homéopathiques. Les premiers peuvent être pris en charge à 100% par l’Assurance maladie puis les complémentaires santé (hors franchises) au titre du ticket modérateur.

 

Il n’en est pas tout à fait de même pour les seconds, considérés pour l’heure à « service médical rendu » modéré. Plusieurs complémentaires santé proposent des forfaits spécifiques pour l’homéopathie, ou incluent cette spécialité médicale au sein de forfaits plus généraux pour la médecine douce (voire dans les forfaits pharmacie pour les traitements homéopathiques non pris en charge par la Sécurité sociale).

 

Attention aux dépassements d'honoraires

 

Pour lutter et non pas seulement traiter ces allergies, le médecin traitant peut envoyer son patient vers un allergologue : la prise en charge par les complémentaires santé sera ainsi maximale, dans le cadre du parcours de soins. Ce spécialiste peut lancer une « désensibilisation » pour les patients sensibles à un ou deux allergènes – mais pas à la totalité.

 

Les allergologues, en secteur 1, ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires : dans le cas contraire, la prise en charge de ces dépassements par les complémentaires santé est soumis à de nouvelles contraintes, dans le cadre des contrats « responsables ».

 

Cette désensibilisation débute par un bilan allergologique pour identifier les allergènes à traiter. Le traitement se poursuit ensuite, sur une durée pouvant s’étaler jusqu’à trois mois, par l’absorption d’une quantité croissante d’allergènes pour, par définition, désensibiliser le corps à ces réactions (par voie de comprimés, gouttes…).

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

Le sujet des libertés dans l'entreprise est plus que jamais d’actualité. L’employeur doit ainsi veiller au respect de l’ensemble des droits du salariés, de surcroit au regard de la valeur[…]

28/11/2017 | | Salariés
Les licences de débit de boissons des restaurants

Les licences de débit de boissons des restaurants

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX