Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Dirigeant

Bien-être au travail : pourquoi les dirigeants y croient

Céline Tridon

Mis à jour le 07/01/2017 à 16h54

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Bien-être au travail : pourquoi les dirigeants  y croient

La bonne ou mauvaise ambiance d'une entreprise dépendrait du management.

Des salariés plus performants car heureux dans leurs entreprises ? Pour une majorité de dirigeants de PME, cela ne fait aucun doute.  84 % d’entre eux ont déjà mis en place des actions pour motiver encore davantage leurs équipes. (sondage)

Le bien-être au travail prend de plus en plus d’ampleur dans les entreprises. Mais qu’en pensent concrètement les dirigeants ? C’est la question que s’est posé la start up ZestMeUp*, dans une étude parue début décembre. Et le constat est plutôt unanime : la totalité des dirigeants interrogés accordent de l’importance au bien-être de leurs équipes. Ils sont 84 % à mettre des actions en place pour booster leur motivation. En effet, 88 % des patrons de PME estiment que l’implication et l’engagement des salariés impactent la performance de l’entreprise. « Le « Happiness at work » parle au plus grand nombre. Les dirigeants semblent être convaincus qu’un bon management et une bonne ambiance de travail sont les clés du bien-être de leurs salariés », ajoute l’étude.

 

Quelle place pour le Chief Hapiness Officer ?

 

Justement, si l’entreprise subit une mauvaise ambiance, pour 76 % des dirigeants, c’est le management qui est responsable. Définir des objectifs clairs, travailler en confiance et en transparence, responsabiliser les équipes font partie des critères retenus pour juger de la qualité d’un manager. C’est dans ce contexte qu’émerge le métier de Chief Hapiness Officer. « Parmi les 100 dirigeants questionnés, 73 % connaissent déjà cette fonction. D’autre part, qu’ils en aient entendu parler ou non, pour 88 % d’entre eux, la notion qu’elle sous-entend est importante et intéressante », souligne l’étude. Leurs attentes vis-à-vis d’un tel collaborateur ? L’accompagnement sur les méthodes de travail, l’amélioration de la communication interne et l’écoute des collaborateurs. Mais surtout, il est perçu comme un médiateur, notamment à l’égard des salariés.

 

*Etude réalisée par Séverine Daniel pour ZestMeUp auprès de 100 dirigeants de PME.

Nous vous recommandons

Avez-vous pensé à la société en nom collectif pour votre entreprise ?

Avez-vous pensé à la société en nom collectif pour votre entreprise ?

La société en nom collectif est une entreprise dans laquelle la responsabilité des associés est solidaire et indéfinie. Quelles sont les règles de création ? Les avantages ? Focus. […]

18/01/2018 | création d'entreprise | Dirigeant
La rupture conventionnelle collective dans votre entreprise

La rupture conventionnelle collective dans votre entreprise

Dossier : ce qui s'applique depuis le 1er janvier 2018

Dossier : ce qui s'applique depuis le 1er janvier 2018

Une coopération pour prévenir du risque de stress au travail des chefs d'entreprise et conjoints du bâtiment

Une coopération pour prévenir du risque de stress au travail des chefs d'entreprise et conjoints du bâtiment

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX