Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Bientôt une reconnaissance du burn-out en tant que maladie professionnelle ?

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Bientôt une reconnaissance du burn-out en tant que maladie professionnelle ?

© D.R.

Ce syndrome d’épuisement professionnel, qui concernerait un salarié sur cinq en France, n’est pour l’heure pas reconnu – et donc pas couvert par l’Assurance maladie et les complémentaires santé.

Près d’un salarié sur cinq pourrait entrer en situation d’épuisement professionnel (communément appelé « burn-out »), notait une étude du cabinet Great Place to Work. Pourtant, ce risque n’est, à l’heure actuelle, pas considéré comme une « maladie professionnelle » et n’est donc pas éligible à une quelconque prise en charge des traitements par l'Assurance maladie ou les complémentaires santé.

 

A l’aube de la diffusion d’un documentaire consacré au burn-out sur D8, ce sujet revient au cœur de l’actualité. Pour l’heure, la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle paraît incertaine, à en juger le statu quo sur ce sujet depuis plusieurs mois au sein du COCT (Conseil d’Orientation des Conditions de Travail).

 

Une jurisprudence naissante

 

Un salarié, pour prétendre à cette dénomination, doit actuellement être à même de démontrer une incapacité permanente de travail de plus de 25% en lien direct avec son activité professionnelle – ce qui, en pratique, reste très complexe. Les soins liés à une maladie professionnelle sont pris en charge par l'Assurance maladie (100% pour les soins de ville et l'hospitalisation, 150% pour les prothèses dentaires et certains produits d'appareillage).

 

Un avis du Conseil d’Etat daté du 12 décembre 2014 laisse toutefois entrevoir une ouverture. Ainsi, le malaise d’une agente suite à une commission administrative paritaire n’avait pas été imputé au service, à la fois par l’administration et le tribunal administratif : le Conseil d’Etat a pourtant annulé ce jugement et enjoint le préfet du Gard de reconnaître l’imputabilité alors refusée.

 

Le complément miracle ?

 

Depuis le début de l’année 2015, c’est pourtant un complément alimentaire qui défraie la chronique, nommé Anbosyn. En vente depuis janvier dans les pharmacies françaises, la réussite affichée de ce traitement reste toutefois contestée – et, dans tous les cas, reste couplée à un suivi psychologique.

 

Pour l’heure, les possibles traitements contre ce stress persistant restent à la charge des patients et peuvent représenter un important foyer de dépenses. Les différentes actions de prévention (ostéopathie, médecine douce…) ne sont généralement pas remboursées par l’Assurance maladie – les complémentaires santé pouvant inclure des forfaits dédiés.

 

Mais l’étape préalable à toute prise en charge sérieuse d’un burn-out reste la consultation médicale : le médecin reste encore le mieux placé pour estimer son impact sur la santé du patient et proposer les meilleures pistes pour s’extraire de cette situation.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Les salariés des entreprises du BTP sont particulièrement exposés aux conditions climatiques, c’est pour cela qu’il existe des règles et des moyens de les protéger. Quels sont-ils ? Les[…]

02/01/2018 | | Salariés
Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX