Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Finances

Brexit : comment les PME doivent s'y préparer

Benjamin Chabrier

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Brexit : comment les PME doivent s'y préparer

© © Engel Ching

La Direction générale des entreprises a formulé plusieurs point sur lesquels les PME vont devoir anticiper afin d’amortir les conséquences du Brexit. Quels sont-ils ? Focus. 

Le Brexit a de quoi inquiéter sur de nombreux points. Les entreprises françaises ont jusqu’au 30 mars 2019 pour se préparer afin de maintenir des relations commerciales stables avec le Royaume-Uni. Cette dernière, représente environ 8 % des exportations françaises.

C’est dans cette optique, que la Direction générale des entreprises (DGE) sous l’autorité de Bercy, propose plusieurs points sur lesquels les entreprises françaises vont devoir travailler afin d’anticiper le Brexit.

Les droits de douane

Le rétablissement des droits de douane peut impacter les entreprises. Ceux-ci pourraient atteindre 10 % sur les productions françaises.

Ces droits de douane peuvent se répercuter dans les prix de vente (hausse) et donc, un affaiblissement de la compétitivité face à des produits chers.

Le circuit logistique

Qui dit rétablissement des frontières, dit réintroduction des procédures de passage à la douane. Il y a deux points qui peuvent impacter les entreprises :

  • la modification des circuits logistiques, l’allongement des délais de livraison (à cause du délai d’attente à la douane) qui auront un impact sur les produits, notamment sur les produits frais
  • les heures d’attente aux douanes auront aussi un coût pour les entreprises, car elles sont comptées comme heure de travail en France

Les règles de certification

Avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, il est possible que les règles de certification et de conditions de mise sur le marché britannique changent. Il peut y avoir de nouvelles normes sanitaires, de sécurité ou bien encore d’environnement. De nouveaux dépôts de propriété intellectuelle risquent aussi d’être nécessaires.

Ces changements vont pousser les entreprises à adapter leurs produits, ce qui aura évidemment un coût, car il va falloir bâtir des offres spécifiques au sol britannique.

Des opportunités futures

Le Brexit n’est pas forcément signe de difficultés économiques selon la DGE. Avec la sortie du marché britannique de l’Union européenne, il est envisageable de se tourner à l’export vers d’autres pays de l’UE. Si le marché britannique devient plus difficile d’accès, elles peuvent envisager de se tourner davantage à l’export, vers d’autres pays de l’UE ou le grand export. Voir de taxer les entreprises qui ne peuvent se passer de l’Union européenne.  

L’objectif de la DGE est que pour le 30 mars 2019, les relations du Royaume-Uni soient définies le plus clairement possible et qu’on ne se retrouve pas face à un « vide juridique ». 

Pour aller plus loin

Nous vous recommandons

Protéger ses collaborateurs en déplacement : les bons outils
Tribune d'experts
Sponsorisé par Protéger ses collaborateurs en déplacement : les bons outils

Protéger ses collaborateurs en déplacement : les bons outils

Quelle que soit la qualité de la préparation en amont d’un déplacement, le risque zéro n’existe pas. Il est donc essentiel de souscrire des assurances spécifiques lorsque les collaborateurs sont[…]

11/12/2017 | CHUBB | Finances
International : pensez à Prodouane pour vos démarches douanières en ligne

International : pensez à Prodouane pour vos démarches douanières en ligne

Protéger ses salariés où qu’ils soient : une obligation
Tribune d'experts
Sponsorisé par Protéger ses salariés où qu’ils soient : une obligation

Protéger ses salariés où qu’ils soient : une obligation

Un partenariat pour l’accompagnement à l’international des entreprises ayant le label EPV

Un partenariat pour l’accompagnement à l’international des entreprises ayant le label EPV

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX