Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Chirurgie réfractive : une opération encore mal remboursée

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Chirurgie réfractive : une opération encore mal remboursée

© D.R.

L’Assurance maladie ne prend pas du tout en charge cette opération, pouvant pourtant corriger certaines myopies ou presbyties.

La réforme de la complémentaire santé collective, obligatoire au 1er janvier 2016, a mis l’accent sur les frais d’optique : les deux principaux décrets encadrant ses garanties, sur le « panier minimum de soins » et les contrats « responsables », l’évoquent grandement.

 

Toutefois, autant les verres et montures font partie du périmètre de cette réforme, autant la chirurgie réfractive n’en est pas. Pourtant, cette opération n’est pas du tout remboursée par l’Assurance maladie.

 

Un reste à charge très important

 

La chirurgie réparatrice des yeux est toujours, à ce jour, considérée comme un « acte de confort » : elle n’est par conséquent pas éligible à une prise en charge, même partielle, par la Sécurité sociale.

 

Ces opérations peuvent se révéler particulièrement onéreuses pour le patient : corriger une myopie peut ainsi coûter, pour les deux yeux, entre 1 000 et 2 500 € – des montants qui peuvent s’élever à 3 500 € pour soigner des presbyties et autres hypermétropies.

 

Cet important reste à charge peut être, en partie, compensé par les complémentaires santé. Même si la chirurgie réfractive n’est incluse ni dans le « panier de soins ANI » ni dans le périmètre des contrats « responsables », rien n’empêche les assureurs de la proposer dans leurs formules – mais rarement celles d’entrée de gamme.

 

La complémentaire santé en soutien

 

A noter que le remboursement de la complémentaire santé est généralement conditionné par un accord préalable sur consultation du devis. L’organisme d’assurance peut également imposer des délais spécifiques : pas de remboursement durant les 6 premiers mois du contrat, délai de 5 ans minimum entre chaque opération…

 

Autre point : les mutuelles proposant un forfait optique peuvent y inclure la chirurgie réfractive, diminuant d’autant le potentiellement remboursement des verres, montures et autres lentilles. Il faut par conséquent redoubler de vigilance quant au contenu précis du contrat.

 

Nous vous recommandons

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Les salariés des entreprises du BTP sont particulièrement exposés aux conditions climatiques, c’est pour cela qu’il existe des règles et des moyens de les protéger. Quels sont-ils ? Les[…]

02/01/2018 | | Salariés
Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX