Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Finances

Comment faire face aux risques financiers ?

Comment faire face aux risques financiers ?
La rédaction

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Si chaque risque, de quelle que nature qu’il soit, a potentiellement une incidence sur la performance financière de l’entreprise, il existe aussi un risque financier en tant que tel. 

Le risque financier se définit comme le risque de perdre de l’argent à la suite d’une opération financière (exemples : un placement de capitaux en vue d’un gain monétaire, un emprunt bancaire) ou d’une opération commerciale ayant une incidence financière (par exemple, un achat ou une vente à crédit ou en devise étrangère). L’instabilité des marchés financiers a rendu nécessaire une bonne gestion des risques financiers pour tout dirigeant d’entreprise.
 
Deux grands types de risques nécessitent l’implication des dirigeants :
  • le risque de financement (risques de liquidité et de taux d’intérêt).
  • le risque de change.
 
La méthodologie à suivre passe par l’identification la plus précise possible du risque, à travers ses causes et conséquences, puis l’évaluation de chacun d’eux pour enfin choisir les réponses adaptées.
 
L’évaluation composée des facteurs de probabilité et de gravité sera ensuite déterminée par chaque entreprise de façon subjective et selon son acceptabilité.
 

Le risque de liquidité

Il s’agit du risque de rupture de trésorerie. Il se traduit par l’incapacité pour l’entreprise à honorer le remboursement de la dette à l’échéance.
 
 
 
 

Attention !

Lorsque le chiffre d’affaires d’une société augmente vite, s’ensuit une croissance très rapide de ses besoins en fonds de roulement (BFR = montant à financer pour couvrir les écarts entre les créances clients et les dettes fournisseurs). Elle s’expose alors particulièrement au risque de liquidité. D’une situation positive on peut aboutir à une détérioration de la trésorerie nette.

 

 

Actions à mettre en oeuvre

  1. Assurer un suivi quotidien des positions de trésorerie.
  2. Mettre en place un plan prévisionnel de trésorerie.
  3. Trouver des solutions sur le court terme comme l’affacturage ou les financements bancaires traditionnels (autorisation de découverts…).
  4. Recourir sur le moyen et le long terme à des fonds privés ou au PEA-PME qui autorise des levées de fonds auprès de particuliers.
 
Il s’agit ici d’acquérir une meilleure visibilité afin d’anticiper ces risques puis de reconquérir la confiance de ses partenaires financiers.
 

Le risque de taux d’intérêt

Sujet majeur notamment depuis la crise des subprimes, le risque de taux d’intérêt est lié à une forte et soudaine variabilité des taux de financement sur les places bancaires. Il s’agit d’un risque qui fait planer une grande part d'incertitude sur les résultats de l’entreprise.
 
Exemple : si une entreprise emprunte à un taux variable, elle coure un risque de taux (cas d’augmentation du taux), puisqu’elle sera obligée de payer plus cher. Et inversement, si elle place des capitaux en vue de réaliser un gain, le risque qu’elle coure s’impose en cas de baisse des taux, puisqu’elle perdra mécaniquement des revenus.
 
 

Actions à mettre en oeuvre

  1. Assurer un suivi de la situation des marchés.
  2. Analyser le coût en cas de retrait des dettes ou des fonds placés.
  3. Solliciter sa banque pour conseils et informations.
  4. Tenir compte du contexte avant toute conclusion ou interruption de contrats de placements ou emprunt.
  5. Couvrir l’endettement en faisant appel à des instruments financiers comme des « swap » de taux (contrats d’échanges financiers).
 

Le risque de taux de change

Ce type de risque concerne les cas où l’entreprise procède à une opération en usant d’une devise différente de sa monnaie nationale. Il s’agit donc d’un risque directement lié aux fluctuations des cours des devises internationales entre elles, et indirectement lié au facteur temps.
 

Actions à mettre en oeuvre

  1. Assurer un suivi des taux de change, des activités libellées en devises.
  2. Minimiser l’exposition en contractant dans la mesure du possible en monnaie nationale.
  3. Compenser les dettes et créances en même devise (transfert du solde).
  4. Recourir aux techniques de couvertures de change (contrats à terme…).
  5. Réaliser des avances en devise.
 
S’il est donc utile de chercher à se prémunir contre le risque financier (change défavorable), il est possible parfois d’en tirer profit (change favorable).
 

Nous vous recommandons

Assurance des biens d’entreprise : comment se faire rembourser

Assurance des biens d’entreprise : comment se faire rembourser

La perte des biens d’entreprise est une hantise pour les dirigeants. Il s’agit donc pour eux de choisir le meilleur contrat d’assurance afin de garantir un remboursement optimal en cas de sinistre et dommages. Nul n’est[…]

21/12/2017 | AssuréAssureur | Finances
Le Medef propose un milliard d’euros de financement pour les PME

Le Medef propose un milliard d’euros de financement pour les PME

Fiscalité entreprise : la réduction d’impôts pour l’utilisation de vélos par vos salariés

Fiscalité entreprise : la réduction d’impôts pour l’utilisation de vélos par vos salariés

Fiscalité entreprise : le nouveau plafond de la sécurité sociale pour 2018

Fiscalité entreprise : le nouveau plafond de la sécurité sociale pour 2018

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX