Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Fiches pratiques réglementation

Complémentaire santé, DSN, pénibilité... : les chefs d'entreprise sont loin d'être prêts pour toutes ces réformes

Complémentaire santé, DSN, pénibilité... : les chefs d'entreprise sont loin d'être prêts pour toutes ces réformes

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Seuls 14% des dirigeants se disent prêts à mettre en application l’ensemble des prochaines réformes sociales au 1er janvier 2016, détaille un sondage Odoxa pour le groupe Humanis.

L’échéance du 1er janvier 2016 est marquée d’une croix rouge dans l’ensemble des agendas des chefs d’entreprise : cette date se révèle en effet riche en évolutions sociales diverses et variées, à mettre en place dans les derniers mois de l’année 2015.

 

Que ce soit l’implémentation de la déclaration sociale nominative (DSN) ou la réforme de la généralisation de la complémentaire santé, ces deux nouveautés s’ajoutent à la mise en place (puis la récente refonte) du compte pénibilité depuis le 1er janvier 2015 et la mise à jour progressive des contrats de complémentaire santé « responsables », depuis le 1er avril 2015.

 

Cette avalanche réglementaire semble difficile à assimiler pour les chefs d’entreprise, montre une étude Odoxa pour le groupe Humanis : seuls 14% des dirigeants interrogés se disent ainsi prêts sur ces quatre fronts. 6% pensent l’être pour trois sur quatre, 19% pour deux sur quatre, 38% pour un seul et 23% sur aucun !

 

Les constats sont contrastés quant à la complémentaire santé : là où la réforme de la généralisation est bien appréhendée (67% de dirigeants prêts), celle des contrats responsables, entrée en vigueur au 1er avril 2015 dans le cadre d’une période transitoire, est inconnue à 63% de ce même échantillon.

 

>> A LIRE. Généralisation de la complémentaire santé : deux-tiers des entreprises se disent prêtes

 

Le compte pénibilité, instauré au 1er janvier 2015, est globalement bien connu (seulement 22% de non-connaissance) mais seule la moitié des dirigeants informés (soit 38% de l’échantillon) sont prêts quant à sa mise en application – taux qui tombe à 31% dans l’industrie et le BTP.

 

Constat plus difficile encore quant à la DSN, qui rentrera en application le 1er janvier 2016 : 51% des dirigeants interrogés n’en ont pas connaissance et seuls 30% se disent prêts quant à cette prochaine échéance.

 

« Déjà extrêmement occupés par les tâches administratives (NDLR : qui, selon l’étude, prennent en moyenne 29% de leur temps, pourcentage en hausse pour 53% des dirigeants interrogés et en baisse… pour seulement 6%), les chefs d'entreprise ont du mal à suivre les nouveautés légales alors que certaines étaient même censées leur simplifier la vie », note Emile Leclerc, directeur d'études chez Odoxa.

 

Optimisme mesuré

 

L’embouteillage à venir au 1er janvier 2016 ne laisse par conséquent augurer rien de bon. « Il serait judicieux de donner un peu plus de temps aux entreprises sur les sujets les plus complexes pour une meilleure mise en œuvre » considère même le directeur général d’Humanis Jean-Pierre Menanteau dans « Les Echos ».

 

Malgré cela, conjugué à leur méconnaissance générale des 52 mesures du choc de simplification (74% des dirigeants interrogés ne peuvent en citer la moindre !) et à leur crainte d’une complexification administrative via cette dématérialisation, un certain optimisme règne au sein des entreprises : 64% d’entre elles voient l’avenir avec confiance, mais « seulement » 13% se considérant comme « très optimistes ».

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

 

* Méthodologie : échantillon de 1 004 chefs d’entreprises interrogés par téléphone du 15 au 25 juin 2015. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : taille d’entreprise et secteur d’activité.

Nous vous recommandons

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

Le sujet des libertés dans l'entreprise est plus que jamais d’actualité. L’employeur doit ainsi veiller au respect de l’ensemble des droits du salariés, de surcroit au regard de la valeur[…]

28/11/2017 | | Salariés
Les licences de débit de boissons des restaurants

Les licences de débit de boissons des restaurants

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX