Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Congés payés : apprenez à les calculer

Benjamin Chabrier

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Congés payés : apprenez à les calculer

© Girard Cecile D.R. voir les IPTC

Les congés payés sont un droit pour chaque salarié, peu importe sa rémunération, son statut, ses horaires. Quelles sont les règles que doivent respecter les employeurs ? Que dit la loi ? Comment s’organiser ? Les éléments de réponses. 

C’est un droit que possède tout salarié qu’il soit à temps complet ou à temps partiel, qu’il soit du privé ou du public.

C’est la loi « Travail » du 8 août 2016 et les décrets de 2016 qui opèrent une distinction entre le domaine privé (les règles concernant les congés sont fixées par convention collective ou accord de branche) et le domaine d’ordre public (ce sera le législateur qui fixera les règles à respecter obligatoirement).

Le principe veut que chaque année, l’employé puisse prendre un congé qui ne peut pas être remplacé par des indemnités. Néanmoins, il existe des exceptions lorsque ce dernier ne peut exercer son droit comme par exemple, le salarié en CDD, en rupture de contrat ou les intérimaires.

La période et l'ordre de départ

Le droit de l’entreprise peut définir la période de congé et l’ordre des départs par l’accord d’entreprise ou par une convention de branche.

Le chef d’entreprise pour définir un ordre de départ entre ses employés, doit prendre en compte 3 critères :

  • la situation familiale
  • la durée de leurs services
  • leur activité chez un ou plusieurs autres employeurs. 

Le salarié peut prendre ses congés dès son embauche sous condition des règles de détermination de la période de prise des congés et de l’ordre de départ des autres employés. Le dirigeant ne peut annuler ou changer l’ordre et les dates de départ, sauf circonstances exceptionnelles, et ce, moins d’un mois avant la date de départ initialement prévu.

Durée

Le salarié peut cumuler les congés auxquels il a le droit. Ce cumul se fait en fonction du temps de travail effectif effectué par l’employé sur une période donnée (période de référence). Cette période est fixée soit :

  • par un accord d’entreprise ou d’établissement
  • par une convention ou accord de branche
  • à défaut la période est du 1er juin au 31 mais de l’année suivante
  • du 1er avril au 31 mars de l’année suivante, concernant les salariés dont les congés sont gérés par une caisse de congés payés, 

L’employé lorsqu’il est à temps plein, peut avoir deux jours et demi-ouvrables par mois de travail effectif chez le même employeur.

La durée totale de congés qu’il peut exiger ne peut dépasser 30 jours ouvrables soit 5 semaines par année complète travaillée.

Une disposition d’ordre public, considère qu’un mois de travail effectif est équivalent à 4 semaines ou à 24 jours de travail.

La période de congé principale ne peut être fractionnée que si elle excède 12 jours ouvrables.

Les absences

Si une absence injustifiée survient pendant la période de référence, on la déduira des jours ouvrables.

Néanmoins, il existe une liste d’absences qui ne seront pas prises en compte pour la déduction, elles seront intégrées dans le calcul de la période de travail effectif pour les congés payés, c’est le cas :

  • des congés maternité, paternité
  • de congés formation
  • des jours maladies
  • des périodes obligatoire d’instruction militaire
  • des périodes de préavis
  • des absences autorisées

Pour aller plus loin

http://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/temps-de-travail-et-conges/conges-et-absences/article/les-conges-payes

https://www.economie.gouv.fr/entreprises/conges-payes-salaries

Nous vous recommandons

En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3

En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3

Pour pallier les insuffisances des dispositifs de protection sociale octroyés aux indépendants, les assureurs tels que Generali ont développé des gammes de produits très complètes. Ainsi, les[…]

20/02/2018 | | Salariés
La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3

La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3

La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3

La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3

Réforme Code du travail : va-t-on pouvoir licencier sans motifs ?

Réforme Code du travail : va-t-on pouvoir licencier sans motifs ?

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX