Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre
Salariés

Des infirmières posent nues pour dénoncer leurs conditions de travail

Céline Tridon

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

infirmieres

Pour dénoncer leurs conditions de travail, ces infirmières ont choisi de poser nues.

Afin d’alerter sur le surmenage et le manque de moyens à l’hôpital, les agents d’un établissement de Pontoise ont mis en scène douze scènes chocs, toutes réunies dans un calendrier. 

« Faut-il que l’on se mette à nu pour que vous vous intéressiez à nous ? » C’est la question que posent cinq infirmières de l’hôpital René-Dubos de Pontoise (Val d’Oise). Pour s’assurer d’être entendues, elles ont choisi de l’inscrire dans leur dos et de poser nues pour un calendrier. L’objectif n’est pas de concurrencer d’éventuels Dieux du Stade, mais bien de dénoncer les conditions de travail de leur métier.

Après la vague de suicides qui a touché la profession l’été dernier, et devant le peu d’amélioration de leur quotidien, ces infirmières ont ainsi opté pour l’originalité afin d’interpeler médias, directions et pouvoirs publics.

 

Dénoncer le surmenage

 

Soutenues par le syndicat Unsa-Santé, elles ont sollicité l’aide des agents hospitaliers pour la réalisation de ce calendrier. Ce dernier comprend des photos chocs, comme un gros plan sur une seringue liée à une perfusion de café pour symboliser le manque de repos ou encore celle d’un corps abandonné sur un brancard avec pour inscription « A combien évaluez-vous votre vie ? ». Vendu cinq euros, le calendrier a pour but de défendre les professions et la qualité des soins. Tiré à 500 exemplaires, il a connu un succès immédiat puisque tous les stocks ont été rapidement écoulés. Tous les fonds récoltés seront reversés au mouvement des agents de l’hôpital René-Dubos, qui ont inspiré des initiatives similaires ailleurs en France, en Belgique et en Suisse.

Nous suivre