Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Fibromyalgie : sa prise en charge par les complémentaires santé

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Fibromyalgie : sa prise en charge par les complémentaires santé

© D.R.

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre cette affection, retour sur une maladie qui concernerait jusqu’à 3% de la population.

Méconnue, parfois confondue avec d’autres affections, la fibromyalgie est une affection qui toucherait pourtant jusqu'à deux millions de personnes en France, essentiellement des femmes.

 

Le diagnostic de cette maladie se révèle particulièrement complexe pour les médecins, d’où sa méconnaissance (et sa reconnaissance tardive, classifiée par l’Organisation mondiale de la Santé depuis 1992 comme maladie rhumatismale – puis maladie à part entière en 2006 – et non plus psychiatrique). Elle se caractérise notamment par des douleurs dans les articulations et muscles, des troubles du sommeil et une intense fatigue, mais à l’origine souvent floue.

 

La difficile reconnaissance de cette maladie est telle que les traitements spécifiques destinés aux fibromyalgiques ne disposent pour l’heure pas d’autorisation de mise sur le marché en France. Elle n’est, de même, pas considérée comme étant une maladie chronique invalidante ou une affection de longue durée (ALD) par le Ministère de la Santé : elle reste cantonnée à un « syndrome, qui ne correspond pas à une maladie » par l’Académie nationale de médecine (rapport daté de 2007).

 

>> A LIRE. Parcours de soins : la prise en charge des consultations médicales

 

Cette 22e journée mondiale de la fibromyalgie est l’occasion pour les associations de patients de faire entendre leur voix : plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs reçues au Ministère en ce jour.

 

De par la multiplicité des symptômes, les traitements sont également multiples – médicamenteux et non-médicamenteux. La Haute Autorité de Santé note ainsi dans un rapport daté de 2010, par les médicaments les plus souvent prescrits, les antalgiques, les antidépresseurs, les anxiolytiques et les antiépileptiques. Du côté des traitements non médicamenteux, sont le plus souvent mises en avant les psychothérapies, la kinésithérapie et l'acupuncture, obéissant à des prises en charge précises (de la part de l’Assurance maladie et des complémentaires santé).

 

A noter que cette maladie neurologique peut être rendue plus supportable par une cure thermale. La prise en charge d’une telle cure ne se fait que via une prescription médicale et respecte de nombreuses conditions : les complémentaires santé peuvent améliorer les remboursements en fonction du type de prise en charge spécifié (soit par un forfait, soit par un pourcentage des frais réels).

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Les salariés des entreprises du BTP sont particulièrement exposés aux conditions climatiques, c’est pour cela qu’il existe des règles et des moyens de les protéger. Quels sont-ils ? Les[…]

02/01/2018 | | Salariés
Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX