Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Produit

Généralisation de la complémentaire santé : où en est le marché ?

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Généralisation de la complémentaire santé : où en est le marché ?

© D.R.

Les assureurs, mutuelles et autres institutions de prévoyance ont, suite à la réforme de la complémentaire santé, mis à jour leurs offres et innové pour se différencier.

La réforme de la généralisation de la complémentaire santé, au 1er janvier 2016 pour l’ensemble des salariés du privé, s’est accompagnée d’évolutions du périmètre même de cette complémentaire.

 

Cette dernière ne peut en effet plus effectuer n’importe quelle prise en charge sans limite : les garanties sont en effet encadrées, à la fois par les minima du « panier de soins ANI » (au 1er janvier 2016) et par les maxima dans le cadre des contrats « responsables » (depuis le 1er avril 2015 jusqu’au 31 décembre 2017).

 

Les offres actuellement proposées aux entreprises peuvent ainsi être des offres dites ANI, aux tarifs très bas mais aux prises en charge limitées, tout comme des offres haut-de-gamme avec notamment de forts remboursements en optique/dentaire. La différenciation entre les acteurs de ce marché se déroule ainsi en trois temps.

 

Premier point : sur les quatre postes concernés par l’encadrement des garanties (optique, dentaire, hospitalisation et soins courants), l’accent est de plus en plus porté sur les prestations « annexes ». Sont ainsi mis en avant la chirurgie réfractive, la chambre particulière ou encore le remboursement des prothèses dentaires, souvent à l’origine d’importants restes à charge.

 

Second point : en dehors des quatre pôles du « panier de soins ANI », les différents organismes assureurs ont aussi des leviers de différenciation. Un nombre croissant d’acteurs se sont ainsi intéressés au large champ de la médecine douce, le plus souvent via des forfaits dédiés à l’ostéopathie, la kinésithérapie ou encore l’homéopathie. A noter également les restes à charge généralement élevés liés aux prothèses auditives, qui peuvent notamment être réduits via les réseaux de soins.

 

>> A LIRE. Santé connectée, sport-santé, assistance : les services innovants autour de la complémentaire santé

 

Troisième point : en dehors des garanties, c’est sur le front des services que l’innovation se fait également. Certains étaient déjà communs comme les services d’assistance, aux personnes ou juridique : d’autres sont devenus des indispensables, comme le tiers payant étendu et l’accès à des réseaux de soins en optique, dentaire et audioprothèse. L’innovation se fait également via, entre autres, le large champ de la santé connectée (des applications mobiles aux objets de santé connectés), celui du sport et du soutien à l’activité physique.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

Responsabilité civile du dirigeant : ce que propose Axa

Responsabilité civile du dirigeant : ce que propose Axa

Les contrats d’assurance responsabilité civile pour les entreprises ne protégeant pas les chefs d’entreprise, Axa se positionne sur la RCD (responsabilité civile du dirigeant) en cherchant à se[…]

Complémentaire santé : Verspieren lance Aunéor, nouvelle formule haut de gamme

Complémentaire santé : Verspieren lance Aunéor, nouvelle formule haut de gamme

Bureaux d'études techniques : lancement d'une offre spécifique par la MGC

Bureaux d'études techniques : lancement d'une offre spécifique par la MGC

Nouvelle couverture santé pour les salariés du secteur propreté

Nouvelle couverture santé pour les salariés du secteur propreté

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX