Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Finances

International : comment analyser le risque à l'étranger ?

International : comment analyser le risque à l'étranger ?
La rédaction

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Pour les entreprises de toutes tailles, la mondialisation offre de grandes opportunités sur le marché international. Mais elle soulève également la question du risque pays dont les dirigeants doivent prendre la mesure avant de s’exposer.

Que ce soit pour trouver un nouveau fournisseur ou de nouveaux débouchés, il est prudent de passer en revue les fragilités d’un pays tout en les confrontant à sa propre stratégie. Investir dans des zones instables, ou sur des marchés avec des gouvernements ou des sociétés qui ont des critères de fonctionnement différents exige une analyse préalable de la situation.

Qu’est-ce que le « risque pays » ?

Le risque pays peut être défini comme l’ensemble des risques liés à l’environnement global de l’entreprise en dehors de ses frontières.

Pour développer des échanges avec un pays, l’entreprise doit s’intéresser aux grands domaines qui composent cet environnement :

  • cadre réglementaire, social et fiscal,
  • infrastructures (accès, transport, logistique, douanes, télécommunications),
  • règles locales de management et pratiques culturelles,
  • le risque politique,
  • les risques économiques.

Sont ici en cause les risques de conflits (guerres, conflits ethnico-religieux), de terrorisme,  de mouvement social, de limitation ou de restrictions des relations commerciales, de risques naturels et environnementaux (inondations, tsunami, éruption,…).

Concrètement, les conséquences de ces menaces pour l’entreprise implantée dans des zones sensibles ou à risques sont de nature très variée et peuvent se révéler gravissimes :

  • Fluctuations importantes des cours des matières premières, des taux d'intérêt ou du taux de change.
  • Indisponibilité des personnes, turn over important (transactions bloquées).
  • Indisponibilité des matériels, des équipements, des infrastructures (impossibilités opérationnelles de répondre aux besoins clients. Exemple : perte temporaire d’une plateforme de gestion des demandes clients).
  • Mise en cause des actifs de l’entreprise (corruption, pratiques opaques, préemption abusive, vandalisme, menaces, système criminel organisé...).
  • Pratiques non admissibles de sous-traitants ou partenaires dans un pays tiers (travail illégal, conditions de travail inacceptables, emploi des mineurs) conduisant à la dégradation de l’image ou de la réputation de l’entreprise dans son pays d’origine.

Les entreprises ont donc besoin de surveiller le climat des affaires des pays avec lesquels elles réalisent des transactions, et ont besoin pour cela besoin de disposer d’indicateurs.

Consulter des indicateurs fiables

S’il est impossible de prévoir l’avenir, évaluer les risques grâce à la mise en place d’indicateurs est primordial.

La situation socio-économique et politique du pays, de la région, voire même de la ville concernés doit être analysée grâce à :

  • La consultation régulière des niveaux de risques pays cotés par les organismes spécialisés : ministère des Affaires étrangères (www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/), Coface (www.coface.fr/Etudes-economiques-et-risque-pays), Ubifrance (export.businessfrance.fr/).
  • Aux analyses bancaires spécialisées par zones, par marchés locaux.
  • A l'analyse de l’évolution de la conjoncture pays : notation de la dette du pays (cotation Standard & Poor’s, Moody’s… ), niveau et taux de croissance du produit intérieur brut, niveau et évolution du taux de chômage, du PIB par habitant, seuil de pauvreté, niveau et évolution de l’inflation, stabilité monétaire et financière de la zone, niveau de l’endettement du pays, moratoires (FMI, Banque mondiale), niveau des importations et des exportations.

Où trouver l’information ?

Ces données sont communiquées par le ministère des Affaires étrangères, l’OCDE (www.oecd.org), BPIfrance, les banques, les missions économiques, les Directions Régionales du Commerce Extérieur (DRCE), les revues généralistes ou spécialisées (chine.in, actulatino.com, aerion24.news, African Economic outlook : afd.org, geopolitique-africaine.com…), et les organismes francophones spécialisés (exemple : la maison des entrepreneurs français à Moscou),

Maîtriser le risque pays revient donc à mener une veille sur ces aspects géopolitiques, légaux, et normatifs par ses propres moyens, par l’intermédiaire de sources spécialisées et éventuellement avec l’aide d’experts (consultants privés, avocats, CCI).  

Etablir une grille d’analyse

Avec toutes ces données, l’entreprise peut se construire une grille d’analyse, véritable outil de veille  et de pilotage du « risque pays ».

Cette grille s’appuiera également sur des informations émanant des remontées du terrain et qui concernent l’activité délocalisée elle-même :

  • Suivi mensuel précis des résultats commerciaux.
  • Analyse fréquente des états de suivi et de reporting.

L’entreprise est alors en mesure de confronter les risques à sa propre stratégie, afin de prendre les meilleures décisions (exemple : implantation directe, sous-traitance avec un partenaire commercial, etc.).

Cette grille d’analyse permet aussi de saisir des opportunités. La croissance constatée et anticipée d’un marché et d’un type de clients parallèlement à l’absence de produits ou services adaptés peut constituer un marché potentiel pour une PME. Exemple : un fort taux de croissance du marché de la construction, auquel l’activité de vente de meubles est corrélée, et l’observation de l’émergence d’une classe supérieure donne des perspectives intéressantes au marché de vente des meubles de qualité luxe.

 

Nous vous recommandons

Assurance des biens d’entreprise : comment se faire rembourser

Assurance des biens d’entreprise : comment se faire rembourser

La perte des biens d’entreprise est une hantise pour les dirigeants. Il s’agit donc pour eux de choisir le meilleur contrat d’assurance afin de garantir un remboursement optimal en cas de sinistre et dommages. Nul n’est[…]

21/12/2017 | AssuréAssureur | Finances
Le Medef propose un milliard d’euros de financement pour les PME

Le Medef propose un milliard d’euros de financement pour les PME

Fiscalité entreprise : la réduction d’impôts pour l’utilisation de vélos par vos salariés

Fiscalité entreprise : la réduction d’impôts pour l’utilisation de vélos par vos salariés

Fiscalité entreprise : le nouveau plafond de la sécurité sociale pour 2018

Fiscalité entreprise : le nouveau plafond de la sécurité sociale pour 2018

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX