Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Fiches pratiques réglementation

La métallurgie labellise les contrats complémentaire santé de quatre assureurs

La métallurgie labellise les contrats complémentaire santé de quatre assureurs

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

C’est l’année de toutes les réformes pour la complémentaire santé d’entreprise. Dans l’industrie comme dans les autres branches professionnelles, tous les salariés devront être couverts en assurance santé, au 1er janvier 2016. Mais les remboursements des soins devront également suivre de nouvelles règles à partir d’avril.  L’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) a fait le choix de labelliser les contrats de quatre organismes d’assurance. 

Dans la métallurgie, première branche professionnelle de France, les employeurs n’ont pas souhaité conclure un accord sur la complémentaire santé. Mais l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) a référencé, pour trois ans, les offres proposées spécialement pour la branche par quatre organismes d’assurance, à savoir les groupes de protection sociale Humanis et Malakoff Médéric, la société mutualiste Mutex et la compagnie Generali. Les entreprises ont donc la liberté de choisir ou non ces contrats labellisés.

 

« L’UIMM a souhaité établir une référence qui puisse être utile aux entreprises de la branche, et notamment aux plus petites qui n’ont pas toujours les ressources pour négocier des contrats adaptés. Cette offre de service prolonge pleinement notre rôle de conseil », explique Laurent Rabaté, directeur protection sociale de l’UIMM.  La métallurgie compte 92% de PME de moins de 50 salariés et selon une enquête réalisée en 2013 par l’UIMM quelque 250 000 salariés n’étaient pas couverts en santé.

 

Chacune des offres labellisées propose, comme prévu par le cahier des charges, trois niveaux de garanties pour tous les salariés, avec une formule d’entrée proche du panier de soins minimal et des fourchettes de tarifs respectives de 23-24€ ; 35-45€ et 45-50€. Les ayants droits peuvent être couverts soit dans le cadre collectif, soit de manière optionnelle. Les offres comportent des engagements de qualité de services, en particulier sur les délais de remboursement, le tiers-payant et les réseaux de soins.

 

Toutes les exigences du cahier des charges établi par l’UIMM tendent à ce que l’entreprise n’ait pas de soucis avec l’Urssaf. « Ces offres labellisées combinent une sécurité juridique maximum avec la liberté de choix de l’entreprise. Elles peuvent également servir de base de discussion avec un opérateur de proximité, c’est l’autre sens du mot référence », complète le directeur protection sociale de l’UIMM.

 

Nous vous recommandons

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

Le sujet des libertés dans l'entreprise est plus que jamais d’actualité. L’employeur doit ainsi veiller au respect de l’ensemble des droits du salariés, de surcroit au regard de la valeur[…]

28/11/2017 | | Salariés
Les licences de débit de boissons des restaurants

Les licences de débit de boissons des restaurants

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX