Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre
Finances

Le besoin en fonds de roulement des entreprises européennes en baisse

Benjamin Chabrier

Sujets relatifs :

, ,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le besoin en fonds de roulement des entreprises européennes en baisse

© Girard Cecile D.R. voir les IPTC

Une étude REL publiée par l’AGEFI le 11 septembre 2017 montre que le besoin en fonds de roulement (BFR) des entreprises européennes s’est dégradé en 2016 pour revenir à son niveau de 2010.

L’enquête annuelle de REL est effectuée à partir des résultats des 1.000 premières entreprises cotées dans 19 pays d’Europe, en dehors du secteur financier, pendant l’année 2016.

L’étude montre que le besoin en fonds de roulement (BFR) des grandes entreprises est passé de 38,2 jours en 2016, contre 38,9 jours en 2014, soit une diminution de 1,7%.

Pour rappel, le BFR (ou Cash Conversion Cycle en anglais) représente le montant qu’une entreprise doit financer dans le but de couvrir le besoin résultant des décalages des flux de trésorerie correspondant aux dépenses et aux recettes liées à son activité (une créance n’est pas souvent réglée immédiatement par le client et le stock n’est, en général, pas immédiatement écoulé).

Le calcul

L’étude permet de calculer le Cash Conversion Cycle (CCC) en nombre de jours et montre ainsi pendant combien de temps l’argent reste immobilisé dans les opérations d’achat, de production et de vente d’une entreprise.

L’enquête révèle que le CCC a augmenté en 2016 de 3,6% (ce qui équivaut à 40,4 jours contre 39 jours en 2015). Cette augmentation n’est pas une bonne chose, le but etant d'avoir un cycle court. En effet, plus le cycle est court, plus le capital reste moins longtemps immobilisé, ce qui permet donc de faire face aux obligations à court terme et d’accroître vos activités.

Ce calcul se base sur :

  • le nombre de jours crédits-clients (cela correspond au nombre de jours que l’entreprise doit attendre pour le règlement d’un produit ou d’un service livré)
  • le nombre de jours de rotation des stocks (cela équivaut au nombre de jours nécessaires pour que l’entreprise transforme ses stocks en ventes)
  • le nombre de jours crédit-fournisseur (ce qui se rapporte au nombre de jours dont l’entreprise a besoin pour payer ses fournisseurs)

Les secteurs

L’étude montre que seulement 11% des entreprises du panel ont réussi à améliorer leur BFR sur 3 années consécutives (contre seulement 1% des entreprises qui sont parvenus à améliorer leur BFR chaque année depuis 2010).

Les  secteurs qui arrivent à se démarquer en diminuant leur BFR sont :

  • les semi-conducteurs
  • les équipements et services énergétiques
  • les télécoms mobiles.

Ceux qui connaissent la plus forte dégradation sont :

  • les hydrocarbures
  • la distribution par internet
  • les médias

Selon les calculs de REL, si les entreprises de l’étude avaient de meilleures pratiques, cela permettrait de dégager un gain de 1 046 milliards d’euros, soit 7,1 du PIB européen pour l’année 2016

Pour aller plus loin

Les sites :

Pour télécharger l'étude : 

Nous vous recommandons

Défaillance des entreprises : la Coface publie ses chiffres pour l’Europe centrale et orientale

Défaillance des entreprises : la Coface publie ses chiffres pour l’Europe centrale et orientale

Avec son étude sur les défaillances des entreprises dans les pays d’Europe centrale et orientale la Coface montre que celles-ci diminuent en 2016 même si le secteur de la construction reste à la[…]

07/09/2017 | | Finances
Une formation pour saisir les opportunités européennes

Une formation pour saisir les opportunités européennes

REACH : pensez à faire enregistrer vos substances chimiques avant la date butoir

REACH : pensez à faire enregistrer vos substances chimiques avant la date butoir

CETA : l’accord entre l’Union européenne et le Canada bientôt appliqué

CETA : l’accord entre l’Union européenne et le Canada bientôt appliqué

Plus d'articles
Nous suivre