Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Fiches pratiques réglementation

Médicaments sur Internet : leur prise en charge par les complémentaires santé

Médicaments sur Internet : leur prise en charge par les complémentaires santé

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La vente de médicaments via Internet, autorisée depuis 2013 en France, n’est pas ouverte pour tous les traitements… et n’inclut que peu souvent un quelconque remboursement.

Depuis le 2 janvier 2013, il est possible de se procurer des médicaments via Internet en France. Cette pratique, liée à l’essor du commerce en ligne, suscite toutefois une méfiance toujours importante, rapporte un sondage Harris Interactive pour 1001pharmacies.com publié ce 23 février*.

 

Ainsi, seuls 44% des Français se disent prêts à se procurer des médicaments via Internet, le principal frein à cette pratique étant le manque de confiance sur la qualité des produits proposés. Même, 38% des personnes interrogées admettent ne pas être au courant de la légalisation de cette pratique ! Celle-ci, pourtant, est désormais installée – et particulièrement contrôlée.

 

Pas d’ordonnance ? Pas de prise en charge

 

Il existe pour l’heure un peu plus de 20 000 pharmacies en lignes agréées, obligatoirement adossées à une officine de pharmacie physique, qui peuvent fournir un peu plus de 4 000 références médicamenteuses : elles sont disponibles sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

 

Ces médicaments vendus sur Internet, pour l’heure, sont uniquement des produits sans ordonnance : traitements contre la fièvre, le rhume ou encore les maux de tête, sirop contre la toux, pastilles... Assimilable à de l’automédication (pratiquée par 97% des Français, note l'étude Harris Interactive), l’achat de ces médicaments n’est pas forcément sans danger, les fausses pharmaciens en ligne sans agrément étant légion.

 

Ils ne sont pas pris en charge par l’Assurance maladie lorsque les patients se les procurent au comptoir des pharmacies : aucune raison, par conséquent, qu’il en soit différemment avec un autre canal de distribution.

 

Quelques dizaines d’euros par an

 

Ces médicaments vendus sur Internet sont également, par définition, dépourvus de toute prescription médicale : ils ne sont par conséquent pas plus éligibles à une prise en charge par les complémentaires santé (via la prise en charge du ticket modérateur, inclus dans la réforme de la généralisation).

 

Seule possibilité pour les consommateurs de médicaments via Internet d’obtenir des remboursements : plusieurs acteurs du monde de la complémentaire santé proposent des forfaits spécifiques pour les médicaments non remboursés par la Sécurité sociale, le plus généralement de l’ordre de quelques dizaines d’euros par an.

 

 

* Méthodologie : enquête réalisée sur Internet par Harris Interactive Inc. du 3 au 5 février 2015, auprès d'un échantillon de 1040 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région des personnes interviewées.

Nous vous recommandons

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

DROIT ET RESPECT DU SALARIÉ

Le sujet des libertés dans l'entreprise est plus que jamais d’actualité. L’employeur doit ainsi veiller au respect de l’ensemble des droits du salariés, de surcroit au regard de la valeur[…]

28/11/2017 | | Salariés
Les licences de débit de boissons des restaurants

Les licences de débit de boissons des restaurants

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Responsabilité civile des dirigeants ou mandataires sociaux

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Obligation de l’employeur en matière de harcèlement

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX