Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre
Salariés

Oubliez Noël au bureau

Céline Tridon

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Noel

Les réfractaires au Noël de l'entreprise déplorent des activités sans grand intérêt.

A l’approche des fêtes de fin d’année, une entreprise sur deux fait l’effort de célébrer Noël en interne. Mais peu de salariés y sont sensibles, préférant obtenir des avantages concrets sur leur situation de travail.

Les festivités de fin d’année dans l’entreprise séduisent peu de salariés. Certes une entreprise sur deux organise un événement spécial à cette occasion, mais la plupart des salariés ne sont pas vraiment emballés à cette idée. D’après une étude Indeed* sur « les Français et le travail à l’approche des fêtes de Noël », 55 % des employés interrogés se déclarent, au mieux, moyennement satisfaits de ce rendez-vous annuel. 9 % y sont totalement réfractaires et font leur possible pour ne pas y participer, 5 % s’y rendent uniquement parce qu’ils n’ont pas le choix. Pourquoi un tel manque d’enthousiasme ? Les insatisfaits ne veulent pas passer plus de temps que nécessaire avec leurs collègues. Ils déplorent aussi le peu d’intérêt de l’activité proposée.

 

Le télétravail pour cadeau de Noël

 

En revanche, une prime de fin d’année ou la remise de chèques cadeaux seraient les bienvenus pour la plupart des salariés interrogés. D’autres aimeraient également obtenir la possibilité de travailler depuis leur domicile sans contrainte. Le télétravail n’est en effet proposé qu’à 32 % des salariés et pour 25 % d’entre eux uniquement à titre exceptionnel.

Quand on aborde le sujet des bonnes résolutions, 38 % des Français qui pensent en prendre, aimeraient mieux gérer leurs horaires de travail. 31 % souhaiteraient une augmentation de salaire et/ou être promus.

 

Un rythme qui ne ralentit pas

 

Au final, la fin d’année serait presque une période comme les autres, où les salariés s’estiment tout aussi productifs, voire plus productifs. Pour 48 % des sondés, il s’agit même d’une période où la charge de travail est plus lourde, le mois de décembre étant une date butoir pour un nombre important de missions et d’actions. En revanche, le froid et le manque de luminosité jouent sur leur bonne humeur. C’est le cas surtout pour les femmes et les cadres supérieurs.

 

*Méthodologie

Sondage réalisé en ligne pour Indeed par Bilendi du 24 au 29 novembre 2016 auprès de 500 salariés en France travaillant en bureau.

 

 

Nous suivre