Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Dirigeant

Responsabilité du dirigeant : obligation de remédier à la souffrance au travail

Benjamin Chabrier

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Responsabilité du dirigeant : obligation de remédier à la souffrance au travail

La loi oblige l’employeur à remédier aux souffrances au travail de ses salariés, dans le cas contraire, il commet un manquement à son obligation de sécurité. 

Chaque employeur à une obligation de veiller à la santé et à la sécurité de tous ses employés au travail par l’intermédiaire d’actions de préventions. Mais quid lorsque la souffrance du salarié est avérée ? La Cour de cassation a rappelé dans une décision du 8 juin 2017, l’obligation de sécurité de l’employeur qui consiste à remédier à la situation de souffrance, matérialisée par des éléments objectifs, de son employé.

S’il n’y remédie pas, il manque à son obligation de sécurité et peut donc engager sa responsabilité civile et/ou pénale.

L’article L4121-1 du Code du travail rappelle les mesures que doit prendre l’employeur pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Les mesures contiennent :

  • des actions de prévention des risques professionnels et de la pénibilité au travail ;
  • des actions d'information et de formation ;
  • la mise en place d'une organisation et de moyens adaptés.

>> À lire aussi : Comment bien évaluer et prévenir les risques psychosociaux en entreprise <<

Les faits sur lesquels porte la décision de la Cour de cassation concerne une salariée déclarée inapte à son poste à la suite de deux arrêts maladie et qui a était licenciée après avoir refusé deux propositions de reclassement. Elle avait demandé à la justice la résiliation de son contrat de travail aux torts de l’employeur (assimilable à un licenciement sans cause réelle et sérieuse) au motif que ce dernier n’avait pas respecté l’obligation de sécurité qui lui incombait.

La Cour de cassation a donné raison à la salariée, car elle a estimé que l’employeur de par son inertie, n’avait pris aucune mesure pour remédier au risque et à la situation de souffrance morale exprimée par l’employée et matérialisée par des éléments objectifs, et donc, avait manqué à son obligation de sécurité.

>> À lire aussi : Burn-out : quelles actions pour les RH <<

Source :

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/actualites/A11958

Nous vous recommandons

Responsabilité dirigeant : ce qui est interdit pour l’entretien d’embauche

Responsabilité dirigeant : ce qui est interdit pour l’entretien d’embauche

Les entretiens d’embauche, étape préalable au recrutement, doivent se faire dans un cadre légal et donc, par conséquent, doivent respecter plusieurs règles. Le chef d’entreprise ne doit pas[…]

Nouveau bulletin de paie : les TPE-PME ont jusqu'au 31 décembre 2017 pour se mettre à jour

Nouveau bulletin de paie : les TPE-PME ont jusqu'au 31 décembre 2017 pour se mettre à jour

Quelles sont les mentions légales et les obligations d’un site internet professionnel ?

Quelles sont les mentions légales et les obligations d’un site internet professionnel ?

La convention judiciaire d’intérêt public, un moyen d'échapper au procès ?

La convention judiciaire d’intérêt public, un moyen d'échapper au procès ?

Plus d'articles
Nous suivre