Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Tribune d’experts
Tribune d'expert bandeau
Entreprise

Risque cyber : on peut prévenir ET guérir 3/3

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Risque cyber : on peut prévenir ET guérir 3/3

La protection contre le risque cyber passe largement par la prévention, au travers de quelques règles simples, mais n’exclut pas de souscrire une assurance spécifique, qui prendra en charge la remise en service du système informatique dans des délais rapides et les coûts engendrés par l’attaque.

  • La prévention

Les règles de base à respecter :

- Des antivirus à jour, avec des firewalls bien configurés.

- Des sauvegardes régulières : l’idéal est d’avoir une sauvegarde journalière, sur un support quel qu’il soit, mais qui ne soit pas connecté au réseau informatique de l’entreprise. Le cloud peut être une solution, mais elle n’est pas sécurisée à 100 % : une double sauvegarde (cloud + support physique) est idéale.

- Ne pas utiliser de périphérique ou de support dont l’on ne soit pas certain de la provenance : clés USB, cartes SD…

- Ne pas se brancher sur les réseaux Wi-Fi publics : dans les trains, les aéroports…

Bon à savoir : l’ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information) publie sur son site des Bonnes Pratiques et publie plusieurs guides téléchargeables à disposition du public.

Comment informer ou former mes collaborateurs à ces règles ?

Les règles de base simples peuvent être communiquées à l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise. Pour aller un peu plus loin, il existe des modules de e-learning proposés par des sociétés de formation sur Internet.

  • Après le sinistre

Des produits d’assurance spécifiques aux risques cyber commencent à apparaître sur le marché, notamment à destination des TPE et des PME. Un contrat bien choisi et bien ciblé peut permettre d’assurer la pérennité de l’entreprise en cas d’attaque engendrant des risques d’exploitation, par exemple.

Ainsi Generali a mis au point un contrat Protection Numérique, en partenariat avec Europ Assistance et Engie-Ineo, qui inclut :

- Frais d’expertise informatique et de reconstitution des données. Un expert en sécurité informatique intervient dès l’attaque repérée, à distance. Si le problème est trop important, l’expert se déplace pour permettre à l’entreprise de retravailler normalement le plus rapidement possible.

- Les frais liés à la notification auprès des autorités et de l’ensemble des personnes physiques qui peuvent être concernées par l’attaque, obligatoire dans un délai de 72 heures. Cette garantie n’est pas à négliger : une entreprise qui ne dispose plus de ses fichiers informatiques aura bien du mal à effectuer ces notifications dans les délais si elle compte quelques centaines de collaborateurs et autant de clients, par exemple !

- Les pertes d’exploitation et les réclamations éventuelles effectuées par les tiers (clients, partenaires, salariés…).

- La garantie prend également en charge, le cas échéant, les frais d’atteinte à la réputation de l’entreprise.

Nous vous recommandons

Réforme Code du travail : publication de la totalité des mesures au Journal officiel

Réforme Code du travail : publication de la totalité des mesures au Journal officiel

Les décrets nécessaires à la réforme du Code du travail ont été publiés en totalité au Journal officiel le 31 décembre, les rendant ainsi obligatoires.  C'est[…]

02/01/2018 | | Entreprise
Risques Dommages aux biens : des contrats d’assurance adaptés à tous les besoins 3/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par Risques Dommages aux biens : des contrats d’assurance adaptés à tous les besoins 3/3

Risques Dommages aux biens : des contrats d’assurance adaptés à tous les besoins 3/3

Pouvez-vous prétendre à la marque Tourisme et Handicap pour votre entreprise ?

Pouvez-vous prétendre à la marque Tourisme et Handicap pour votre entreprise ?

Environnement : 1 entreprise sur 20 ne fait rien en faveur de l’économie circulaire

Environnement : 1 entreprise sur 20 ne fait rien en faveur de l’économie circulaire

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX