Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Soins dentaires : l’ampleur du renoncement aux soins illustrée par Santéclair

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Soins dentaires : l’ampleur du renoncement aux soins illustrée par Santéclair

© D.R.

La plateforme a suivi le parcours 500 devis dentaires pour savoir s’ils se concrétisaient, en pratique, par des soins effectivement réalisés. Conclusion : moins d’un Français sur deux ne renonce pas à tout ou partie des prestations…

Des médecins spécialistes aux prothèses auditives, de l’optique aux soins dentaires : le renoncement aux soins, même s’il est en pratique difficile de l’estimer précisément, touche de nombreuses prestations de santé.

 

Une étude menée par la plateforme Santéclair* permet désormais de quantifier le renoncement aux soins quant aux soins dentaires, qu’ils soient prothétiques ou d’implantologie.

 

En se basant sur l’étude et le suivi sur un an de 500 devis dentaires (448 en soins prothétiques, 52 en implantologie), le renoncement aux soins est ainsi estimé à 38% (190 des 500 dossiers), tandis que 88 autres assurés (17,6%) n’ont que partiellement réalisé les soins escomptés. Seuls 213 dossiers (42,6%) ont ainsi débouché sur un traitement effectif et complet, là où 9 dossiers (1,8%) ont finalement débouché sur des soins différents.

 

>> A LIRE. Santé trop chère : pourquoi ça peut changer

 

Ce renoncement est particulièrement important pour les soins d’implantologie puisque sur les 52 devis réalisés, seuls 9 ont donné lieu à un traitement complet (soit 17,3%), 20 à un traitement partiel (38,5%) et 23 à un abandon (44,2%). Ces taux sont, pour les soins prothétiques, respectivement de 47%, 15,2% et 37,3%.

 

L’argument financier, même s’il n’explique pas l’intégralité des renoncements (20% d’abandon même en cas de reste à charge nul), reste toutefois important : seul un patient sur cinq ira au bout des soins avec un reste à charge supérieur à 2 000 €.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

 

* Méthodologie : étude réalisée sur le suivi de 500 dossiers d’assurés, collectés de façon aléatoire hors bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) ou de l’Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), ayant effectué une demande d’analyse de devis dentaires auprès de Santéclair, entre les mois de juin 2014 et 2015.

Nous vous recommandons

Un test en ligne pour évaluer votre risque de burn-out

Un test en ligne pour évaluer votre risque de burn-out

Le syndrome d’épuisement professionnel, appelé aussi burn-out, est une réalité dans le monde de l’entreprise. Il peut toucher tout le monde, que ce soit l’employé ou le chef[…]

14/12/2017 | Maladies professionnellesBurn out | Salariés
Absentéisme au travail : 1 salarié sur 5 ne prend pas son arrêt maladie

Absentéisme au travail : 1 salarié sur 5 ne prend pas son arrêt maladie

Protection sociale : après Deliveroo, Axa France s’associe à Über

Protection sociale : après Deliveroo, Axa France s’associe à Über

Congé de paternité : les règles que vous devez connaître

Congé de paternité : les règles que vous devez connaître

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX