Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Soins infirmiers à domicile : comment se déroule leur prise en charge

Soins infirmiers à domicile : comment se déroule leur prise en charge

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Suite à une hospitalisation, le patient peut être amené à recevoir des soins infirmiers à domicile. Mais leur prise en charge, par l’Assurance maladie et la complémentaire santé, dépend de plusieurs facteurs.

Affection de longue durée, suivi de traitements ou d'hospitalisation : chacun peut être amené à avoir besoin de soins infirmiers à domicile. Leur prise en charge, par l'Assurance maladie et la complémentaire santé, obéit à quelques règles.

 

Prescription médicale

 

Les soins à domicile (SAD) sont ainsi réalisés par les infirmier(e)s à domicile, qui peuvent être simplement de surveillance, mais aussi de suivi de maternité, de prélèvements pour examens, de pose de pansements, de réalisation de vaccins… Ils diffèrent par conséquent de l'hospitalisation à domicile (HAD) et des Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD), réservés aux personnes âgées de plus de 60 ans, actes obéissant à d'autres règles, notamment quant à leur prise en charge par l'Assurance maladie.

 

Comme ceux de l’ensemble des auxiliaires médicaux (masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes, pédicures-podologues…), les honoraires des infirmiers à domicile sont pris en charge par l’Assurance maladie sur une base de 60%. A noter que ces actes peuvent donc être réalisés à domicile mais également, si nécessaire, dans un dispensaire ou dans un cabinet.

 

Les SAD incluent également le suivi de pathologies chroniques (diabète, dermatologie...), le maintien à domicile des patients dépendants ou et celui des patients hospitalisés pour des pathologies aiguës.

 

Des dépassements d'honoraires à surveiller

 

Attention, toutefois, à vérifier que le praticien est bel et bien conventionné : ces soins infirmiers sont en effet réalisés à 93% par des travailleurs libéraux. Or, ils peuvent alors librement fixer leurs honoraires et peuvent ainsi engendrer d’importants dépassements d’honoraires pour le patient, laissant un important reste à charge même avec une complémentaire santé.

 

A noter que ces soins sont, eux aussi, soumis à la franchise médicale de 50 cents par acte, somme qui ne peut être remboursée par la complémentaire santé sous peine de ne plus pouvoir prétendre être « responsable ». Pour rappel, cette somme est limitée à 2 euros par jour et 50 euros par an, à garder en mémoire en raison de la fréquente répétition, parfois sur une longue période, de ces actes infirmiers.

 

Nous vous recommandons

En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3

En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3

Pour pallier les insuffisances des dispositifs de protection sociale octroyés aux indépendants, les assureurs tels que Generali ont développé des gammes de produits très complètes. Ainsi, les[…]

20/02/2018 | | Salariés
La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3

La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3

La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3

La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3

Réforme Code du travail : va-t-on pouvoir licencier sans motifs ?

Réforme Code du travail : va-t-on pouvoir licencier sans motifs ?

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX