Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre
Finances

Une solution en ligne pour recouvrer les impayés

La rédaction

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

IPD

La plate-forme en ligne Recouvr'up, lancée il y a un an par le cabinet Direct Recouvrement, spécialisé dans la récupération de créances civiles et commerciales, a franchi le cap de 2 000 utilisateurs 

Depuis son lancement par la société de recouvrement Direct Recouvrement, la plate-forme Recouvr'Up a conquis plus de 2 000 utilisateurs. Son utilisation est gratuite et permet de calculer soi-même les pénalités de retard exigibles du débiteur, et d'imprimer un justificatif comptable. Le site, accessible 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, propose également des options payantes (selon les tarifs, qui vont de 99 € HT à 399 € HT par an, celles-ci proposent notamment la relance par téléphone ou envoi d'avis d'impayés aux débiteurs, des notifications via l'envoi de courriers simples ou recommandés et, enfin, des mandats de recouvrement). 

Selon le rapport 2016 de l'Observatoire des délais de paiement remis au ministre des Finances en mars 2017, 32 % des entreprises subissent un retard de règlement de leurs clients. Dans 20 % des cas, il est de moins d’un mois, d'une durée comprise entre un et deux mois pour 8 % des entreprises, et supérieur à deux mois pour 4  % d'entre elles. Or, depuis de nombreuses années, le cabinet Altares souligne la corrélation entre la défaillance d'une entreprise et les retards de paiements.

Ainsi, dès les premiers jours de retard, note l'Observatoire des délais de paiement, l’augmentation du risque de défaillance de l'entreprise est sensible et rapide. Jusqu’à  20  jours de retard, la probabilité de défaillance de l'entreprise retardataire est environ trois fois plus forte par rapport à une entreprise qui paierait ses fournisseurs à l’heure. Ce coefficient s’accélère à l’approche des 30 jours. Au-delà de ce seuil, la probabilité de voir l'entreprise entrer en procédure collective est multipliée par 7.

Le manque à gagner lié aux retards de paiement ? « La trésorerie nette libérée si l’ensemble des créances clients et des dettes fournisseurs en retard étaient payées à 60 jours est estimée à 11 milliards d’euros », selon l'Observatoire des délais de paiement.

Nous suivre