Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Vaccins : comment peuvent-ils être remboursés ?

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Vaccins : comment peuvent-ils être remboursés ?

Les vaccins sont, en général, remboursés des deux-tiers par la Sécurité sociale.

© D.R.

La Sécurité sociale ne couvre pas l’ensemble des frais engendrés par les différentes vaccinations : une complémentaire santé peut par conséquent se révéler utile.

La vaccination est l’une des composantes fondamentales des politiques de santé publique : chaque Français y est très rapidement confronté, avec les premières injections obligatoires dès les premiers mois de la vie.

 

Le calendrier des vaccinations évolue chaque année, à consulter sur le site du Ministère de la Santé : celui de 2014 a ainsi été publié le 22 avril dernier, mettant l’accent sur une diminution du nombre d’injections.

 

Un remboursement de base aux deux-tiers

 

L’ensemble des vaccins pris en charge par la Sécurité sociale est, sur prescription médicale, remboursé à hauteur de 65% - avec des exceptions. Il s’agit :

 

  • Des trois vaccins obligatoires (et des rappels réguliers qui sont demandés) que sont ceux contre la poliomyélite, le tétanos et la diphtérie ;
  • Des huit vaccins « recommandés pour tous » que sont ceux contre la coqueluche, l’hépatite B, les oreillons, la rougeole, la rubéole ainsi que ceux contre les infections à Haemophilus Influenza B, à méningocoque du sérogroupe C et à pneumocoque ;
  • Des vaccins recommandés lors d’occasions particulières : hépatite A, infection à papillomavirus humains, tuberculose et varicelle.

 

Les exceptions sont de deux principaux types : certains vaccins ne sont remboursés que pour certains types de personnes à risque (notamment contre l’hépatite A), tandis qu’au contraire d’autres le sont à 100% :

 

  • Le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) est intégralement pris en charge pour les enfants et les jeunes de 12 mois à 17 ans révolus ;
  • Celui contre la grippe saisonnière est intégralement pris en charge pour les populations dites à risque : les personnes souffrant d’affections de longue durée, celles âgées de 65 ans et plus, etc… Elles reçoivent normalement une invitation de l’Assurance maladie dans ce sens. Pour les autres populations, ce vaccin n’est pas pris en charge.

 

La prise en charge de l’injection du vaccin, de son côté, est prise en charge par la Sécurité sociale à hauteur de 60 ou 70%, selon la personne qui s’en occupe (infirmière ou médecin). Elle peut toutefois être intégrale pour les personnes souffrant d’affection de longue durée.

 

De nombreux traitements non remboursés

 

Il reste donc de nombreux autres vaccins qui, de leur côté, ne sont pas du tout pris en charge par la Sécurité sociale, notamment ceux qui se révèlent nécessaires lors de voyages à l’étranger comme ceux contre les maladies dites « tropicales » (on peut également citer les traitements contre le choléra ou la fièvre jaune) ou d’autres, plus quotidiens, comme contre la gastroentérite (14 000 hospitalisations annuelles chez les enfants âgés de moins de 3 ans dues aux seules gastroentérites à rotavirus).

 

C’est notamment ce type de soins médicaux non pris en charge qui rentre dans les formules de nombreuses complémentaires santé, celle prévue dans le cadre du « panier minimum de soins » ne mettant par contre pas l’accent sur les actions de prévention.

 

De nombreuses offres à destination des familles existent, incluant la prise en charge intégrale des vaccins à destination du nourrisson puis de l’enfant via le remboursement du ticket modérateur restant à charge. De même, d’autres formules incluent, chez la très grande majorité des assureurs, le remboursement intégral des vaccins non obligatoires (qui peuvent l’être pour voyager à l’étranger mais pas sur le territoire français).

 

Nous vous recommandons

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Les salariés des entreprises du BTP sont particulièrement exposés aux conditions climatiques, c’est pour cela qu’il existe des règles et des moyens de les protéger. Quels sont-ils ? Les[…]

02/01/2018 | | Salariés
Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX