Baisse de moral pour les chefs d'entreprise

Dirigeant
© D.R.
46% des chefs d'entreprise se disent optimistes face à l'avenir.

Articles liés

Les dirigeants de TPE et les travailleurs indépendants sont soucieux. Moins de la moitié d’entre eux déclarent être optimistes face à l’avenir.  

52% des dirigeants et des travailleurs indépendants se disent pessimistes face à l’avenir indique le baromètre « Risque chômage : quelle réalité pour les chefs d’entreprise ? », réalisé par le groupe April en partenariat avec l’Ifop. Parmi leurs principales préoccupations, la crainte de se retrouver dans une situation financière précaire arrive en tête à 38%. Cette situation est nettement plus forte chez les dirigeants d’entreprise de moins de 10 ans. L’excitation du lancement de leur entreprise s’est estompée et cette dernière n’est toujours pas implantée durablement sur le marché.

 

Un scepticisme qui est aussi dû par la situation personnelle des chefs d’entreprises interrogés. Ainsi, la majorité des personnes qui a répondu défavorablement face à la question de l’avenir est souvent divorcée, célibataire, séparée, veuve ou seule avec des enfants à charge. 

 
 

Monsieur inquiet.  Parmi les personnes qui se disent pessimistes face à l’avenir, se retrouvent majoritairement des hommes célibataires, divorcés, séparés, veufs ou seul avec des enfants. Ces hommes sont le plus souvent à la tête d’entreprises de 20 ans ou moins, ils sont d’ailleurs 77% à être des dirigeants d’entreprises de BTP. Ils ont un salaire égal ou inférieur à 20 000 euros par an.

 

 

Le chômage, un risque qui ne fait pas peur

 

Parmi les dirigeants de TPE et les travailleurs indépendants interrogés pour ce baromètre, seulement 3% disent avoir connu plusieurs périodes de chômage et 7% affirment en avoir connu une seule période. Les deux  raisons qui expliquent la perte d’emploi chez les dirigeants, une décision judiciaire visant l’entreprise ou une cessation de leur activité. 

 

Mais la perte d’activité ne fait pas peur aux chefs d’entreprise. 53% des personnes ayant été au chômage ont retrouvé un travail dans les trois ans. Ce qui justifie probablement que neuf dirigeants de TPE sur dix se savent non couverts et ne prennent pas de précautions pour couvrir ce risque. Ainsi, ils ne sont que 3% à être pourvu d’une assurance chômage privée. Un chiffre faible expliqué par le fait que 11% des personnes interrogées pensent être couvertes par pôle emploi en cas de perte d’activité et que 39% d’entre elles estiment que les contrats d’assurance chômage privée sont trop chère. 

 

L’assurance chômage de Pôle emploi. Les chefs d’entreprise ou associés peuvent bénéficier de l’assurance chômage pôle emploi, mais sous certaines conditions. Le contrat de travail doit être caractérisé par l’exercice de tâches techniques et l’existence d’une rémunération correspondant à un salaire. Les associés uniques ou gérants associés uniques dans une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ne sont pas couverts par l’assurance chômage. Tout comme le président associé unique ou majoritaire dans une société par actions simplifiée (SAS). Chaque cas doit faire l’objet d’une étude de situation par Pôle emploi.

Audrey Altimare

 

Reagir à cet article

Texte de référence
La protection du chef d'entreprise

Dirigeants d'entreprises

Votre protection sociale

Texte de référence

Législation

Accédez à l’ensemble des textes de référence

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus