Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Accidents du travail : les services à la personne sont de plus en plus touchés

Céline Tridon

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Accidents du travail : les services à la personne sont de plus en plus touchés

Les manutentions manuelles sont à l'origine des lombalgies, toujours plus nombreuses.

En France, les accidents du travail perdent du terrain. Un secteur déroge toutefois à la règle : celui des services à la personne, où la manutention manuelle et les chutes font gonfler les chiffres du dernier bilan annuel de la branche Accident du Travail/Maladie professionnelle (AT/MP) de la Cnam.

Les chiffres se veulent rassurants. Les accidents de travail avec arrêt ont atteint un niveau historiquement bas : 33,9 accidents pour 1 000 salariés. Un record jamais vu en 70 ans, selon le bilan annuel de la branche Accident du Travail/Maladie professionnelle (AT/MP) de la Cnam. Pourtant, les accidents du travail repartent à la hausse : 625 000 cas ont été enregistrés en 2015, contre 621 000 en 2014. La croissance est certes minime, mais la Cnam veut éviter que la tendance ne perdure.

« Les accidents de travail baissent dans l’intérim, le BTP et certains secteurs de l’industrie. Cela est dû notamment à une tertiarisation de l’économie d’une part et à des progrès dans des secteurs qui étaient alors sinistrogènes, d’autre part. C’est le cas de la métallurgie-mécanique qui s’est dotée de nouvelles machines, du BTP dont la réglementation s’est durcie, etc. », commente Marine Jeantet, directrice des risques professionnels à la Cnam.

 

La situation s'aggrave dans le secteur des services

 

Un secteur, toutefois, se démarque : celui des services à la personne (aide à domicile et hébergement médico-social). La fréquence des accidents y est devenue particulièrement forte. La branche AT/MP avance le taux de 92,7 AT pour 1 000 salariés en 2015, soit un bond de + 3,4 %. En cause ? La manutention manuelle et les chutes inhérentes à la pratique de ces métiers. De quoi alimenter l’autre enseignement majeur de ce bilan : les lombalgies gagnent du terrain. En dix ans, dans le secteur des services, le nombre de maux de dos entraînant un arrêt maladie a augmenté de plus de 2 200 cas par an alors qu’il diminuait de 1 100 cas par an dans l’industrie, par exemple.

 

Lombalgies : une nécessaire sensibilisation

 

La branche AT/MP tire la sonnette d’alarme. Tous secteurs confondus, les lombalgies représentent désormais 19% des accidents du travail en 2015 (contre 13 % en 2005). Elles coûtent autant que l’ensemble des autres troubles musculo-squelettiques (TMS), à savoir près d’un milliards d’euros par an. « Ce sont des arrêts plutôt courts mais répétitifs, précise Marine Jeantet. Et cela coûte cher aux entreprises. C’est pourquoi, malgré un programme de prévention vieux de 40 ans (les lombalgies ont déjà fait l’objet de plusieurs actions de la branche AT/MP), il faut continuer à limiter le risque. »

La directrice évoque aussi la nécessité de favoriser la réinsertion professionnelle. Parler au plus tôt de la reprise de son travail au salarié, serait selon elle la clé pour que chaque partie « surmonte » l’arrêt forcé.  La Cnam va aussi tenter de sensibiliser les services à la personne en hébergement, comme les maisons de retraite, aux TMS et autres accidents de travail. Les troubles musculo-squelettiques sont en effet à l’origine de 87 % des maladies professionnelles en 2015 et touchent tous les secteurs d'activité.

Nous vous recommandons

Comment devez-vous aménager l'espace de travail de vos employés ?

Comment devez-vous aménager l'espace de travail de vos employés ?

L’employeur doit assurer à ses employés un espace de travail confortable, adapté à leur activité. Quelles sont les obligations de l’employeur ? Quelles sont les règles en matière de[…]

03/11/2017 | Qualité de vie au travail | Salariés
Mois sans tabac : si vous y pensiez pour votre entreprise ?

Mois sans tabac : si vous y pensiez pour votre entreprise ?

Une journée pour réfléchir à la nécessité de redonner du sens au travail

Une journée pour réfléchir à la nécessité de redonner du sens au travail

Compte épargne temps : les intérêts pour les salariés

Compte épargne temps : les intérêts pour les salariés

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX