Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Entreprise

Chèque santé : un prochain supplément à la complémentaire santé ?

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Chèque santé : un prochain supplément à la complémentaire santé ?

© D.R.

Après les chèques restaurant et les chèques emploi services, bientôt les « Chèques Santé » ? C’est l’idée d’un entrepreneur montpelliérain, Vincent Daffourd.

Votre portefeuille pourrait bientôt être agrémenté d’une nouvelle carte. Alors que le marché de la complémentaire santé est en pleine évolution suite à sa prochaine généralisation au sein des entreprises, un nouvel acteur pourrait modifier la donne : le « Chèque santé ».

 

Un complément à l'offre existante

 

Le principe de cette nouveauté ? Ce chèque permet de régler des prestations de santé, peu remboursées par la Sécurité sociale et les mutuelles, à l’aide d’un titre de paiement dématérialisé. Ce compte, commercialisé à destination des entreprises et des collectivités, peut être rechargé jusqu’à hauteur de 156€ par an et par salarié.

 

Le « Chèque Santé » vient ainsi en complément de l’offre déjà existante sur les remboursements santé (Sécurité sociale, complémentaire santé, surcomplémentaire), ce qui lui permet de bénéficier d’un climat concurrentiel dégagé. « Les compétences de chacun sont complémentaires » confirme le créateur de la start-up Care Labs Vincent Daffourd, qui distribue ce « Chèque Santé ».

 

La réforme de la complémentaire santé n’a, selon lui, en rien changé ses plans : au contraire, « les partenariats avec les mutuelles ont été facilités par la réforme ». Celles-ci pourraient ainsi distribuer ce « Chèque Santé », soit au sein de leur offre déjà existante, soit en marque blanche, pour leurs assurés retraités ou étudiants.

 

Des remboursements ciblés

 

Le salarié peut ainsi prétendre à voir certains types de frais de santé remboursés, alors qu’ils ne le sont que peu, même avec les mutuelles : il bénéficie ainsi d’un gain de pouvoir d’achat. Les opérations de prévention sont en effet dans le viseur de ce chèque (psychologie, vaccinations…), ainsi que les consultations généralement onéreuses (kinésithérapeutes, ostéopathes…). En misant sur ces actions de prévention, le Chèque santé pourrait ainsi aider à lutter contre le stress au travail, les troubles psychosociaux... pour, par la suite, possiblement améliorer la productivité à moyen terme.

 

Du côté de l’employeur, qui devra verser l’équivalent de 3% des montants distribués au titre des frais de commission, il bénéficie d’une exonération de charges – dans la limite d’un plafond réévalué chaque année. A noter, de même, que la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise s’accompagne d’avantages fiscaux et sociaux.

 

La principale mission des créateurs du « Chèque Santé » va être désormais de convaincre les praticiens de santé : 300 000 professionnels pourraient être concernés par la démarche. Pour l’heure, 10 000 ont déjà rejoint leurs rangs, avec un objectif de 100 000 d’ici le 31 décembre 2015, date limite de la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise. Les professionnels de santé partenaires doivent être inscrits au répertoire ADELI – et par conséquent être diplômés d’Etat. Ils participent également à la marche de « Chèque Santé » via une commission de 3% sur les montants reçus, au titre des frais administratifs et bancaires.

 

Entreprises, TPE... et collectivités

 

Les clients, de leur côté, semblent être déjà nombreux à se pencher sur ce mode de règlement : « sans le moindre commercial », note Vincent Daffourd, « les clients viennent tout seuls, grâce aux médias et journalistes, depuis le mois de septembre ». C’est en effet au 1er septembre 2014 que les préinscriptions ont été ouvertes sur le site www.chequesante.com – les montants ne seront toutefois utilisables qu’à partir du 1er janvier 2015.

 

Plusieurs entreprises se sont déjà montrées intéressées par le dispositif, mais aussi plusieurs collectivités, qui pourraient représenter jusqu’à 20% des clients : Vincent Daffourd cite « plusieurs municipalités, Montpellier Métropole, les régions Languedoc Roussillon, Île de France, PACA et Rhône Alpes ainsi que quelques conseils généraux ».

 

Autre cible visée : les Très Petites Entreprises (TPE). « Leur mobilisation est très forte, les TPE sont proactives » sur ce sujet, estime le fondateur de la start-up. « Elles n’ont pas forcément les moyens de financer un contrat haut de gamme, le Chèque santé peut ainsi permettre un panachage ». En somme, ces employeurs, souvent tentés par une complémentaire santé « minimale », pourraient la compléter avec cette offre fortement personnalisable selon les desiderata des salariés.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

Réforme Code du travail : publication de la totalité des mesures au Journal officiel

Réforme Code du travail : publication de la totalité des mesures au Journal officiel

Les décrets nécessaires à la réforme du Code du travail ont été publiés en totalité au Journal officiel le 31 décembre, les rendant ainsi obligatoires.  C'est[…]

02/01/2018 | | Entreprise
Risques Dommages aux biens : des contrats d’assurance adaptés à tous les besoins 3/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par Risques Dommages aux biens : des contrats d’assurance adaptés à tous les besoins 3/3

Risques Dommages aux biens : des contrats d’assurance adaptés à tous les besoins 3/3

Pouvez-vous prétendre à la marque Tourisme et Handicap pour votre entreprise ?

Pouvez-vous prétendre à la marque Tourisme et Handicap pour votre entreprise ?

Environnement : 1 entreprise sur 20 ne fait rien en faveur de l’économie circulaire

Environnement : 1 entreprise sur 20 ne fait rien en faveur de l’économie circulaire

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX