Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Entreprise

Cybersécurité : les logiciels malveillants fonctionnant sous Linux en augmentation

La rédaction

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Cybersécurité : les logiciels malveillants fonctionnant sous Linux en augmentation

Le rapport trimestriel du spécialiste en sécurité informatique WatchGuard met en lumière une augmentation du nombre de malwares fonctionnant sous Linux et une accéleration des attaques contre des serveurs web. 

Spécialiste des solutions de sécurité informatique, la société américaine WatchGuard a publié son rapport trimestriel sur les menaces Internet, qui dresse le bilan des menaces de sécurité les plus récentes affectant les ordinateurs et les réseaux des petites et moyennes entreprises (PME). Etabli à partir de l'analyse de 26 500 boîtiers en service à travers le monde, celui-ci met en lumière une baisse, globalement, de la détection de logiciels malveillants dits malwares (au total, WatchGuard déclare avoir bloqué, au premier trimestre 2017, 7 millions de variantes de malwares et 2,5 millions d'attaques réseaux). 
 
Maids, fait notable du rapport de WatchGuard : les malwares fonctionnant sous le système d'exploitation Linux sont en augmentation, puisqu'ils représentent près d'un tiers (36 %) des principaux logiciels malveillants détectés. « La présence accrue de malwares de type Linux/Exploit, Linux/Downloader et Linux/Flooder illustrent l’intérêt toujours plus grand des attaquants pour les serveurs Linux et les objets connectés. Les utilisateurs doivent protéger leurs objets connectés et leurs serveurs sous Linux des attaques provenant d’Internet avec des défenses sur plusieurs niveaux. », écrivent les auteurs du rapport. 
 
Et, ce, d'autant plus que les logiciels anti-virus traditionnels ne fonctionnent pas bien face à ce type d'attaques, visiblement. «  les solutions antivirus ont ignoré 38% de toutes les menaces identifiées par WatchGuard au premier trimestre, comparé à 30% au quatrième trimestre 2016. Le nombre croissant de malwares nouveaux ou zero day passant au travers des antivirus tradtionnels souligne les faiblesses des solutions de détection basées sur des signatures et le besoin pour des services capables de détecter et de bloquer les menaces persistantes avancées (APT) », précise WatchGuard. 
 
Autre point relevé par l'étude du spécialistes des solutions réseaux : une montée en puissance des attaques contre les serveurs web. Au cours du premier trimestre 2017, ceux-ci ont concentré 82 % des attaques, selon le rapport. « Les utilisateurs doivent améliorer les défenses de leurs serveurs web en renforçant les contrôles d’accès, en limitant leur exposition sur le web, et en mettant à jour systématiquement leurs logiciels", conseille WatchGuard.

Nous vous recommandons

 MMA met à disposition des TPE/PME un outil d'auto-diagnostic en vue du RGPD

MMA met à disposition des TPE/PME un outil d'auto-diagnostic en vue du RGPD

La marque du groupe Covéa, met à disposition un outil d’auto diagnostic en ligne, pour les dirigeants de TPE et PME, pour que les dirigeants puisse évaluer la conformité de leur entreprise et leur proposer des[…]

25/05/2018 | TPE PMECybersécurité | Entreprise
Cybersécurité : Thales rachète Gemalto

Cybersécurité : Thales rachète Gemalto

Cybersécurité : les entreprises attaquées peuvent perdre très gros

Cybersécurité : les entreprises attaquées peuvent perdre très gros

Cybersécurité : la CNIL met à disposition un logiciel pour le RGPD

Cybersécurité : la CNIL met à disposition un logiciel pour le RGPD

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX