Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Tribune d’experts
Tribune d'expert bandeau
Salariés

Les risques professionnels : comment les définir ? - 1/3

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les risques professionnels : comment les définir ? - 1/3

Un ouvrier qui se blesse sur un chantier, une employée de caisse qui souffre de douleurs au poignet et au coude, un technicien de laboratoire qui inhale des substances toxiques… Dans le cadre de leur activité professionnelle, les salariés encourent certains risques pour leur santé, leur bien-être ou leur intégrité physique : ce sont les risques professionnels.

Les risques professionnels sont donc de natures extrêmement différentes, en fonction bien sûr de l’activité de l’entreprise et du poste occupé. Mais les fameux troubles musculo-squelettiques, ou TMS, représentent plus de 87 % des maladies professionnelles reconnues ! Ces troubles sont généralement provoqués par des mouvements normaux du bras et de la main, comme la flexion, l'extension, la préhension, la torsion, le fait de tenir ou de serrer un objet ou d'allonger le bras. Anodins dans la vie quotidienne, ces gestes, lorsqu’ils sont répétés de manière continue et intensive, peuvent aboutir à des douleurs ou des lésions.

Outre ces TMS, les risques encourus dans une situation de travail sont (1) :

-          les risques mécaniques : liés à l’usage des machines ou des outils de travail, projections de matériaux solides (bois, métal, roches) ou incandescents, etc. ;

-          les risques physiques : liés à la température du lieu de travail, aux intempéries pour les personnes travaillant en extérieur, à la qualité de l’air respiré, au niveau sonore, etc. ;

-          les risques chimiques : liés à l’exposition à des substances toxiques, par inhalation ou contact cutané ;

-          les risques biologiques : liés à l’exposition à des agents infectieux (bactéries, virus, champignons…) ou à des piqûres, morsures, etc. ;

-          les risques radiologiques : liés à l’exposition aux radiations ionisantes, rayonnements laser, radiations, etc. ;

-          les risques psychologiques : liés aux agressions physiques ou verbales, aux différentes formes de harcèlement (moral, sexuel…), au stress, à la charge de travail…

Un risque professionnel peut se manifester de manière immédiate et visible – la manifestation la plus visible étant l’accident du travail –, mais aussi de manière retardée dans la vie du collaborateur : déclenchement de certaines maladies respiratoires chroniques, de cancers professionnels liés aux matières toxiques, de troubles musculo-squelettiques sur le long terme. Les risques psychologiques, dont on parle beaucoup ces dernières années, peuvent être insidieux et conduire au burn-out, à la dépression, voire au suicide dans les cas extrêmes.

On l’aura compris, l’éventail des risques professionnels est tellement large qu’aucune entreprise n’y échappe ! Tous les chefs d’entreprise sans exception doivent donc s’en préoccuper, non seulement dans le souci légitime du bien-être et de la sécurité de leurs salariés – gage de la bonne santé de l’entreprise – mais aussi parce que la loi leur confère des obligations dans ce domaine.

(1) La liste exhaustive des risques professionnels est consultable sur le site de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des maladies et risques professionnels) : http://www.inrs.fr/risques.html

Quelques chiffres

En 2016, plus d’un million de sinistres (accidents du travail, de trajet et maladies professionnelles) ont été reconnus et pris en charge.

De manière générale, tous secteurs confondus, la fréquence des accidents du travail (AT) a atteint son niveau le plus bas depuis 70 ans avec près de 34 accidents pour 1 000 salariés. Les efforts des entreprises en matière de prévention et de sécurité portent donc leurs fruits, y compris dans les secteurs traditionnellement les plus touchés. Ainsi, le BTP compte 60 accidents du travail pour 1 000 salariés, soit une baisse de 29 % en 10 ans. En revanche, le secteur de l'aide et des services à la personne compte 94,6 accidents du travail pour 1 000 salariés, soit trois fois plus que la moyenne générale. En 10 ans, les accidents du travail de ce secteur ont ainsi augmenté de 45 %.

Le nombre de « nouvelles » maladies professionnelles prises en charge par l’Assurance Maladie – Risques professionnels a diminué de 4,3 % entre 2015 et 2016. Si les TMS (troubles musculo-squelettiques) sont toujours la première cause de maladie professionnelle en France, le nombre de déclarations a baissé de 4,1 % en un an. Mais les pathologies psychiques connaissent une véritable explosion : + 40 % en un an. L’assouplissement de la réglementation et une meilleure connaissance, pour les travailleurs, de leurs droits, expliqueraient cette hausse. La France est le pays européen qui reconnaît le plus le syndrome d’épuisement professionnel.

Le nombre de cancers a également augmenté de 10 % (hors amiante), avec une forte représentation des cancers de la vessie.

(Source : Assurance Maladie, rapport 2016 sur les maladies professionnelles)

 

Sur le même sujet https://www.generali.fr/professionnel/assurance-multirisque-professionnelle/

Nous vous recommandons

En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3

En tant que travailleur non salarié, comment être bien protégé ? – 3/3

Pour pallier les insuffisances des dispositifs de protection sociale octroyés aux indépendants, les assureurs tels que Generali ont développé des gammes de produits très complètes. Ainsi, les[…]

20/02/2018 | | Salariés
La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3

La protection sociale, un véritable talon d’Achille pour les indépendants - 2/3

La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3
Tribune d'experts
Sponsorisé par La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3

La protection sociale des indépendants, comment ça marche ? - 1/3

Réforme Code du travail : va-t-on pouvoir licencier sans motifs ?

Réforme Code du travail : va-t-on pouvoir licencier sans motifs ?

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX