Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Qualité de vie au travail : un nouvel enjeu majeur pour les entreprises

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Qualité de vie au travail : un nouvel enjeu majeur pour les entreprises

© D.R.

La santé au travail passe également par la qualité de vie sur le lieu et autour de l’activité professionnelle. Une problématique dont les différents acteurs de la santé, des complémentaires santé aux entreprises, s’emparent de plus en plus.

Du burn-out aux différentes addictions, de l’absentéisme au turn-over : les troubles impactant sur la santé en entreprise peuvent se révéler à la fois coûteux et destructeurs, pour les employeurs comme pour les salariés.

 

Le coût de l’absentéisme, à lui seul, a ainsi été récemment estimé à 60 milliards d’euros par an (soit 3% du PIB de la France !) par une étude du cabinet Goodwill Management pour Alma CG et l’institut CSA, incluant entre autres les coûts de maintien du salarié absent, ceux de son éventuel remplacement, la perte de valeur ajoutée…

 

Ces enjeux, longtemps ignorés ou sous-estimés, sortent petit à petit de l’anonymat : la qualité de vie au travail (QVT) devient ainsi petit à petit un élément majeur des politiques de prévention des entreprises, sur lequel se penchent également les différents acteurs du monde de la complémentaire santé.

 

 

 

La QVT, c’est quoi ?

 

« La qualité de vie au travail, c’est d’abord redonner le pouvoir aux salariés » prévient Karine Usubelli, directrice des ressources humaines de Ciprés Assurances, récemment invitée par le Laboratoire Assurance-Banque.

 

Bien que la thématique du bien-être dans l’environnement professionnel ne soit pas à proprement parler novatrice, sa conceptualisation et son intégration dans les politiques publiques est de son côté relativement récente. La Haute Autorisé de Santé (HAS) a ainsi, en lien avec l’Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (ANACT), lancé un premier séminaire sur le sujet en 2010.

 

De même, parallèlement à l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 formalisant la réforme de la généralisation de la complémentaire santé, un autre ANI, daté du 19 juin 2013, porte de son côté sur la qualité de vie au travail.

 

Cet accord (à consulter ici) définit la QVT comme « le sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué ».

 

Une politique de QVT est ainsi, en premier lieu, le fruit d’une articulation entre les différentes strates de l’entreprise : « Une politique de qualité de vie au travail demande une certaine maturité et une bonne assise de la direction des ressources humaines », confirme Sophie Fautrat, directrice des ressources humaines du Fongecif Île-de-France.

 

Loin de se limiter à, par exemple, l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle des collaborateurs, une politique de QVT investit un large champ allant de l’ergonomie des espaces de travail à l’incitation à l’activité physique, des risques psychosociaux à la qualité même du contenu du travail.

 

 

 

La QVT, champ petit à petit investi par les complémentaires santé

 

Plusieurs acteurs du monde de la complémentaire santé se sont récemment emparés du sujet, réforme de la généralisation oblige : les politiques de prévention deviennent un élément différenciant pour séduire les entreprises sur ce marché hyper-concurrentiel.

 

Les courtiers Gerep et Siaci Saint Honoré ont ainsi, ces derniers mois, mis en place différentes boîtes à outils regroupant des services numériques et humains (du coaching à l’accompagnement psychologique, de l’information santé à l’équilibrage vie privée / vie professionnelle), respectivement « Gerep Prévention Santé » et « MyPrevention ».

 

Du côté des institutions de prévoyance, Malakoff Médéric a lancé son programme « Entreprise, territoire de santé » articulant en plusieurs modules les principaux enjeux de la QVT. AG2R, de son côté, s’est focalisé sur l’activité physique et sportive pour améliorer la performance et le bien-être des salariés, expérimentation d’abord lancée au sein de la branche professionnelle des commerces de sport et de loisirs.

 

 

 

Où en sont les entreprises ?

 

L’ANI QVT ouvre ainsi la voie aux partenaires sociaux pour ouvrir de telles négociations, entreprises comme branches professionnelles, comme l’a par exemple mis en pratique la branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif (principales IDCC : 29 et 413, regroupant plus de 700 000 salariés travaillant auprès des personnes âgées et/ou handicapées ainsi que dans le sanitaire, la protection de l’enfance et les adultes en difficulté) dans un accord daté du 6 mai 2014.

 

Plusieurs entreprises de taille importante ont déjà signé de tels accords, comme la Maif ou encore Thalès, pointant notamment sur les risques psycho-sociaux (RPS). Mais même des structures de taille plus modeste peuvent se lancer dans des politiques de qualité de vie au travail : « la QVT, ce n’est pas un budget ! » rappelle Karine Usubelli.

 

Le Fongecif IDF, de son côté, a progressivement priorisé deux champs dans sa politique QVT : « repenser les modalités de travail (et d’exercice du travail) » et « prévenir et gérer les risques professionnels ». Cela passe, entre autres, par le développement du travail à distance et du coworking, la mise en place de groupes de travail spécifiques, des rendez-vous informels avec les ressources humaines (« DRH in live ») ou des petites actions temporaires (journée sans mail, bourse aux livres… et même lipdub). Sont ainsi valorisés par ces divers procédés, le lâcher-prise, le caractère informel des processus et, plus globalement, l’implication des salariés dans l’amélioration de leur cadre de travail.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Les salariés des entreprises du BTP sont particulièrement exposés aux conditions climatiques, c’est pour cela qu’il existe des règles et des moyens de les protéger. Quels sont-ils ? Les[…]

02/01/2018 | | Salariés
Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX