Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

RSI : bisbille entre Macron et Valls sur le futur du régime

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

RSI : bisbille entre Macron et Valls sur le futur du régime

Emmanuel Macron, ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique dans le gouvernement Manuel Valls II

© Pascal Guittet

Le ministre de l’Economie s’est prononcé ce mardi pour la suppression de ce régime, un temps évoquée en cette année 2015 charnière pour le régime social des indépendants.

Le RSI est-il véritablement sauvé ? Critiqué de toutes parts en ce début d’année 2015, le régime de protection sociale propre aux indépendants (artisans, commerçants et professions libérales) a été au cœur des préoccupations politiques et sociales cette année, conduisant à une réforme qui devrait – théoriquement – le replacer sur de bons rails.

 

La mission confiée par le gouvernement aux députés PS Sylviane Bulteau et Fabrice Verdier a été, avec le temps, complétée par une contre-proposition signée des députés LR Julien Aubert et Bruno le Maire et une consultation du Conseil économique social et environnemental (CESE). Bref, de nombreuses propositions, pistes d’actions et, d’ores et déjà, des préconisations pratiques pour une refonte profonde du RSI – mais pas une suppression.

 

>> A LIRE. Réforme du RSI : les 20 mesures du rapport Bulteau/Verdier

 

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron ne semble toutefois pas l'entendre de cette oreille. Intervenant devant les Chambres des métiers de l’artisanat, il a ainsi considéré qu’ « un régime propre pour les indépendants (NDLR : mis en place dès 2006 par le ministre Renaud Dutreil) ne me paraît pas être une bonne idée ».

 

Alors qu’il s’apprête à présenter son projet de loi Noé (pour « Nouvelles organisations économiques »), qui intègrera notamment des mesures de simplification des régimes des travailleurs indépendants, M. Macron s’est de son côté prononcé pour un « guichet adapté pour les indépendants » au sein du régime général, hypothèse déjà évoquée au début de cette année 2015.

 

Les députés Aubert et le Maire ont rapidement rappelé au ministre son absence durant le (court) examen de leur proposition de loi, le 3 décembre dernier. Le Premier ministre Manuel Valls, de son côté, a rappelé à l’ordre son ministre ce mercredi matin sur l’antenne de BFM TV / RMC et, insistant quant à l’éventuel arbitrage entre leurs deux positions : « Je suis le chef du gouvernement ».

 

 

« Nous avons pris des mesures de simplification pour raccourcir les délais de paiement, pour sécuriser la liquidation, cela commence à porter des fruits » a-t-il également rappelé quant aux réformes déjà mises en place. Mais cette sortie d’Emmanuel Macron aura toutefois ramené à la vie une hypothèse… évoquée par M. Valls lui-même au début de l’année à côté du maintien du régime en propre, alors que la mission Bulteau/Verdier commençait ses travaux (à partir du 17'10" sur la vidéo).

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux en un clic :

 

Nous vous recommandons

Absentéisme au travail : 1 salarié sur 5 ne prend pas son arrêt maladie

Absentéisme au travail : 1 salarié sur 5 ne prend pas son arrêt maladie

Une étude de Malakoff Médéric publiée le 22 novembre, s’est intéressée aux arrêts maladie dans les entreprises du secteur privé : un des constats, est qu’une partie des[…]

23/11/2017 | MaladieComplémentaire santé | Salariés
Consultations médicales : de nouveaux tarifs impactant les complémentaires santé

Consultations médicales : de nouveaux tarifs impactant les complémentaires santé

Protection sociale : après Deliveroo, Axa France s’associe à Über

Protection sociale : après Deliveroo, Axa France s’associe à Über

Complémentaire santé : les nouveaux contrats responsables

Complémentaire santé : les nouveaux contrats responsables

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX