Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Travail pénible, RPS : des conséquences à long terme

Céline Tridon

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Travail pénible, RPS : des conséquences à long terme

Les contraintes physiques augmentent de 32 % le risque de maladies chroniques.

© Guittet Pascal

Un salarié, exposé durant plusieurs années à un travail pénible physiquement ou aux risques psychosociaux, a plus de chance d’être en mauvaise santé à l’âge de la retraite.

Penser à la santé au travail, c’est aussi l’envisager sur le long terme, et notamment après la vie professionnelle. Or, l’exposition à de mauvaises conditions de travail durant plusieurs années entraine des conséquences irréversibles sur les personnes à l’âge de la retraite. Ainsi, l’exposition régulière à des contraintes physiques augmente de 32 % le risque de maladies chroniques et de 42 % la probabilité de devoir, un jour, limiter ses activités. C’est ce que révèle une étude présentée le 5 octobre par la Chaire Transitions Démographiques Transition Economiques et reprise par l’AFP. L'exposition à des risques psychosociaux (RPS) a elle aussi des effets sur la santé physique ultérieure, mais dans une moindre mesure, avec un risque de limitations d'activités accru de 20%.

 

Les RPS, facteurs dégradants de la santé des retraités

 

En matière de santé mentale, en revanche, le fait d'avoir été exposé à des RPS au cours de sa carrière (comme travailler sous pression, vivre des tensions avec les clients, etc.) fait exploser les risques pour les retraités : + 78 % d'épisodes dépressifs, + 92 % de troubles anxieux généralisés. La consommation d'antidépresseurs augmente elle aussi (+ 52 %) et les femmes sont davantage touchées que les hommes, avec 2,4 fois plus de troubles anxieux. A contrario, les contraintes physiques ne jouent aucun rôle sur la santé mentale des retraités.

Le professeur de sciences économiques Thomas Barnay, qui a suivi cette enquête, rappelle toutefois que « travailler améliore la santé, par rapport au fait de ne pas travailler ». Il tient à isoler « l'effet causal de la retraite sur la santé des salariés ». Selon lui, de manière générale, le passage à la retraite est « bénéfique », mesurant notamment une diminution de l'anxiété et de la dépression.

 

A savoir

L'enquête exploite deux vagues (2006 et 2010) de l'enquête Santé et itinéraire professionnel Drees-Dares, en isolant un panel de 3 210 retraités susceptibles d'avoir rencontré des conditions de travail pénibles. L'analyse de l'effet de la retraite sur la santé des retraités repose, elle, sur un échantillon de 4 932 personnes âgées de 50 à 69 ans en 2010, à la retraite ou pas.

Nous vous recommandons

Comment devez-vous aménager l'espace de travail de vos employés ?

Comment devez-vous aménager l'espace de travail de vos employés ?

L’employeur doit assurer à ses employés un espace de travail confortable, adapté à leur activité. Quelles sont les obligations de l’employeur ? Quelles sont les règles en matière de[…]

03/11/2017 | Qualité de vie au travail | Salariés
Mois sans tabac : si vous y pensiez pour votre entreprise ?

Mois sans tabac : si vous y pensiez pour votre entreprise ?

Une journée pour réfléchir à la nécessité de redonner du sens au travail

Une journée pour réfléchir à la nécessité de redonner du sens au travail

Compte épargne temps : les intérêts pour les salariés

Compte épargne temps : les intérêts pour les salariés

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX