Avec le soutien de
L'Argus de l'Assurance
Nous suivre

Nous suivre Je protège mon entreprise

Salariés

Une implication en hausse des employeurs pour concilier vie personnelle et vie professionnelle

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Une implication en hausse des employeurs pour concilier vie personnelle et vie professionnelle

Depuis six ans, l’entreprise DOMPLUS réalise un baromètre sur les préoccupations quotidiennes des Français. Si les principales causes d’inquiétude restent inchangées, les actifs se montrent nettement plus préoccupés que les retraités, en particulier lorsqu’ils endossent le rôle d’aidant. (Infographie ci-dessous)

Depuis plus de trois ans, les mêmes domaines de préoccupations tiennent le haut du tableau : les Français sont d’abord préoccupés par leur santé et la santé de leurs proches (81 %) ; viennent ensuite le budget et la capacité à faire face à leur situation financière (67 %) ; les inquiétudes liées à l’emploi prennent enfin la troisième place (66 %). Toutefois, si ce furent longtemps les retraités qui s’inquiétaient le plus, en termes de budgets familiaux notamment, ces inquiétudes sont aujourd’hui beaucoup plus marquées chez les actifs.

 

Les événements de vie qui créent le plus d’inquiétude sont les mêmes et ce quel que soit le domaine de préoccupation : santé, finance ou emploi. Le fait de s’occuper d’un proche – de soutenir un enfant, une personne avec un handicap ou un tiers dépendant – apparaît comme un vecteur de préoccupation de plus en plus important car en augmentation dans tous les domaines. Ce soutien d’un proche complique pour les actifs la capacité à faire face à la fois à leur vie personnelle et à leur vie professionnelle.

 

Cette préoccupation des actifs a un impact direct sur leur concentration au travail, notamment dans le cadre de situations imprévues liées à la santé (hospitalisation, aide d’un proche dépendant…). Certes, ils arrivent à gérer leur temps de travail et leur temps personnel, notamment parce qu’ils sollicitent de plus en plus les employeurs sur ces questions. En revanche, ce n’est pas parce qu’ils sont présents physiquement au travail qu’ils sont totalement à ce qu’ils sont en train de faire. Beaucoup sont préoccupés par ce qui se passe chez eux (43 %, augmentation de + 6 points en 2016) et le fait de s’occuper d’un proche les oblige à réfléchir à leur organisation, à s’adapter constamment et en priorité bien souvent dans leur activité professionnelle. En 2016, on note que la prise en charge de l’entourage proche (26 %, en augmentation de + 4 points), la maladie ou le décès d’un proche (46 % respectivement) restent les principaux éléments ayant déjà empêché les actifs de se concentrer.

 

Les actifs français trouvent les employeurs de plus en plus légitimes pour s’occuper et mettre en place des services afin de préserver leur vie personnelle et familiale (hausse de + 4 points). Parmi ces dispositifs, 80 % des salariés estiment qu’un service de soutien, d’assistance ou d’accompagnement autour d’une problématique de la vie quotidienne est une bonne idée. Là encore, le domaine sur lequel ces services sont les plus sollicités est la santé. La demande est très forte, en augmentation de 5 points chez les actifs. Parallèlement à cette légitimité, on note une reconnaissance en hausse chez les salariés des efforts fournis par l’employeur. En effet, 67 % des actifs (augmentation de + 5 points) estiment que leur employeur s’implique pour aider ses salariés à concilier vie privée et vie professionnelle, soit le plus haut niveau depuis 2016. Serge Bizouerne, président de DOMPLUS, explique : « Ces résultats interviennent après la mise en application des nouvelles obligations des entreprises introduites par l’ANI en janvier 2016. À notre échelle, nous constatons que les entreprises ont commencé à s’emparer du thème de la prévention en faveur de leurs salariés. »

 

Chez les salariés français enfin, une autre préoccupation est en forte hausse. Il s’agit de la question de l’adéquation des valeurs personnelles avec l’activité professionnelle. Cette attente est à plus 4 points par rapport à l’année précédente et toutes les enquêtes menées sur les publics plus jeunes (moins de 35 ans) montrent son importance : elle devance la question de la rémunération ainsi que la possibilité de faire carrière, de grimper en hiérarchie. Un item en mesure de remettre une dimension humaine dans la question du travail.

 

DOMPLUS accompagne et entend plus de 150 000 personnes chaque année. C’est dans ce contexte que l’institut BVA a interrogé par téléphone, les 30 septembre et 1er octobre 2016, un échantillon de 556 actifs, recrutés au sein d’un échantillon de 965 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Nous vous recommandons

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Responsabilité du dirigeant : comment par grand froid protéger vos salariés ?

Les salariés des entreprises du BTP sont particulièrement exposés aux conditions climatiques, c’est pour cela qu’il existe des règles et des moyens de les protéger. Quels sont-ils ? Les[…]

02/01/2018 | | Salariés
Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : un site internet pour prévenir les addictions au travail

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Qualité de vie au travail : la fréquence des accidents du travail historiquement bas

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Réforme du Code du travail : le compte pénibilité reconfiguré dans une ordonnance

Plus d'articles
Nous suivre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX